"> Piers Faccini - Two Grains Of Sand - Indiepoprock

Two Grains Of Sand


Un album de sorti en chez .

Piers Faccini s’est fait un nom dans la scène musicale française, et cela tout en chantant en anglais, sa langue maternelle. Mais il reste un éternel solitaire, ce statut lui semblant indispensable pour pouvoir créer. Désormais chez Tôt Ou Tard, il a fait appel à Renaud Letang pour la coproduction. Celui-ci n’est intervenu qu’en fin […]

Piers Faccini s’est fait un nom dans la scène musicale française, et cela tout en chantant en anglais, sa langue maternelle. Mais il reste un éternel solitaire, ce statut lui semblant indispensable pour pouvoir créer. Désormais chez Tôt Ou Tard, il a fait appel à Renaud Letang pour la coproduction. Celui-ci n’est intervenu qu’en fin de parcours, pour ordonnancer les morceaux et mettre une note finale sur les arrangements. Piers Faccini s’est occupé du reste, c’est-à-dire d’à peu près tout, et cet album lui ressemble.
 
Enfin libre de pouvoir agir comme bon lui semble, de mettre son grain de sel dans l’élaboration de "Two Grains of Sand", il laisse s’exprimer toute une palette de ressentis, autant musicaux qu’émotionnels. Doté d’une voix d’or, il débute son album avec une très belle ballade, Two Grains Of Sand, qui ferait fondre les glaciers et qui devrait être écoutée en boucle par les chefs d’état en plein processus de paix. Difficile à cerner, sa musique ignore les cases. La guitare étant l’instrument principal de Piers Faccini, elle n’en fait pas pour autant un folkeux. Il le prouve avec Your Name No More, génial melting-pot où se croisent guitare malienne, percussions, congas, harmonium. Et là on mesure ce qui fait la classe de sa musique, abreuvée par les multiples périples de son auteur. Mais il n’oublie pas pour autant ses maîtres, Nick Drake en tête. Cet héritage assumé se retrouve sur To See Is To Believe et Time Of Nought, et il est particulièrement troublant de déceler une similitude dans la voix. Retour en Afrique, ou il ne manque que le très regretté Ali Farka Touré et sa gratte légendaire avec A Home Away From Home. Le timbre de Piers Faccini se fait soul et flirte avec le blues sur A Storm Is Going To Come. A l’heure ou on nous bassine avec ces voix formatées et faussement Motown, cela fait un bien fou d’écouter un gars comme Piers Faccini réussir l’alliage parfait entre songwriting racé, recherche musicale et mise en valeur d’un si bel organe. Et quand il entonne Save A Place For Me, on veut lui donner la terre entière.
 
Cet album ne souffre d’aucune aspérité, d’aucun temps mort. Délicat au possible, il est tout simplement parfait. Il a tout pour lui, des arrangements discrets mais sublimes, grâce notamment au violoncelle de Vincent Segal et il est chaleureux, car Piers Faccini y a vraiment donné du sien. On ne veut que lui dire une chose : Merci !!!!

Chroniqueur

La disco de Piers Faccini