"> Prurient - Frozen Niagara Falls - Indiepoprock

Frozen Niagara Falls


Un album de sorti en chez .

9

Sur le chemin hasardeux de l'expérimentation, il n'est pas rare de croiser des artistes tels que Dominick Fernow, dont le nom revient très souvent lorsqu'il s'agit d'évoquer ce type de personne prêt à tout pour mettre à mal les codes en vigueur dans l'expérience musicale. Ce touche-à-tout qui officie dans de nombreux side projects toujours sous une identité différente se plaît en effet à prendre le soin de ne jamais s'engouffrer dans une esthétique particulière, et à faire de la matière sonore son terrain de jeu favoris. Bref, ce type est un véritable démiurge qui ne se refuse rien : de l'électro minimaliste à boucles au black metal en passant par une musique noise taillée pour les dancefloors désaffectés, rien ne lui échappe, si bien que chaque projet est un succès. Aujourd'hui, ce n'est pas pour vous forcer à écouter tout ce que fait le monsieur qu'on écrit ces quelques lignes (même si on vous le cache pas, il serait peut-être temps pour vous de vous commander sa discographie complète si ce n'est pas déjà fait) mais bien pour revenir dans la mesure du possible sur ce qui pourrait bien être l'un des disques majeurs de l'année 2015...

Sur le chemin hasardeux de l’expérimentation, il n’est pas rare de croiser des artistes tels que Dominick Fernow, dont le nom revient très souvent lorsqu’il s’agit d’évoquer ce type de personne prêt à tout pour mettre à mal les codes en vigueur dans l’expérience musicale. Ce touche-à-tout qui officie dans de nombreux side projects toujours sous une identité différente se plaît en effet à prendre le soin de ne jamais s’engouffrer dans une esthétique particulière, et à faire de la matière sonore son terrain de jeu favori. Bref, ce type est un véritable démiurge qui ne se refuse rien : de l’électro minimaliste à boucles au black métal en passant par une musique noise taillée pour les dancefloors désaffectés, rien ne lui échappe, si bien que chaque projet est un succès. Aujourd’hui, ce n’est pas pour vous forcer à écouter tout ce que fait le monsieur qu’on écrit ces quelques lignes (même si on ne vous le cache pas, il serait peut-être temps pour vous de vous commander sa discographie complète si ce n’est pas déjà fait) mais bien pour revenir dans la mesure du possible sur ce qui pourrait bien être l’un des disques majeurs de l’année 2015…

Bon vous l’aurez compris, le personnage est aussi complexe que la musique qu’il produit, de quoi donner du fil à retordre à quiconque veut bien s’intéresser à ses multiples projets. C’est pourquoi on vous doit quelques petites explications sur le bonhomme, histoire de saisir comment il en est arrivé à donner naissance à cette œuvre monumentale « Frozen Niagara Falls », qui s’étend sur plus d’une heure et demie et que les sites vont avoir du mal à catégoriser. On va tout de même s’éviter de passer en revue la genèse de tous ses projets même si tous ont joué un rôle dans le processus de création de ce nouvel album. En même temps, ce serait là une entreprise fort ambitieuse, car Dominick Fernow doit cumuler à lui seul plus d’heures de musiques expérimentales que le commun des mortels ne pourrait supporter.

Le cas Prurient, versant le plus noise donc de notre expérimentateur a débuté au début des années 2000 en pleine scène bruitiste. Avec à son compte un nombre impressionnant de sorties sous ce nom, il a reçu un accueil sans précédent dans la presse musicale notamment pour sa complexité et sa diversité. Et pour tous ceux qui voient en ce projet seulement les signes d’un black métal passé à la moulinette des machines électroniques, Dominick Fernow répond que Prurient c’est avant tout une musique qui se veut purement électronique. Il faut dire qu’il faudrait être sourd pour ne pas entendre ces déflagrations sonores qui rappellent les grandes heures de la scène techno. Il a d’ailleurs récemment avoué être influencé par des mastodontes du genre tels que F.U.S.E ou encore Yellow Swans. Autant de noms qui trouvent écho dans ce « Frozen Niagara Falls ».

Que l’auditeur se méfie ceci dit, on est tout de même loin de la musique de club qu’il peut faire avec Vatican Shadow. Sur cet album, d’une diversité à couper le souffle, son géniteur démontre son aisance à manier les styles. En effet, le type est capable de vous emmener dans les contrées les plus reculées d’une harsh noise qu’il couple à des harmonies sublimes dans Myth Of Building Bridges jusque dans les hurlements primaires du technoïde Every Relationship Earthrise. Rien ne semble pouvoir arrêter l’artiste qui arrive pourtant à donner une cohérence extraordinaire à ce nouvel opus. Tout au long de ce dernier, les ruptures de fréquence s’enchaînent et s’atténuent au fur et à mesure qu’elles côtoient les nappes de synthétiseurs à l’image du fabuleux Traditional Snowfall. Mais les plus beaux moments restent ceux où Prurient lorgne du côté de l’ambient sur Cocaine Daughter ou encore Jester In Agony.

Des albums de la sorte, je ne vous le cache pas, on en voit passer seulement une petite poignée dans une décennie. Ici, Dominick Fernow s’applique à tout mettre en place pour nous faire écouter les plaintes de ses machines, souvent proches de l’agonie sur certains titres. J’en entends déjà dire que seize titres c’est bien trop long, surtout dans une esthétique noisy comme celle-ci. Et pourtant on ressort grandit d’une telle expérience, triomphant de ces râles machiniques qui finissent par s’éteindre sur le final Christ Among The Broken Glass, comme une récompense d’avoir fait l’épreuve du temps.

Chroniqueur
  • Pas de concert en France ou Belgique pour le moment

Tracklist

  1. Myth of Building Bridges
  2. Dragonflies to Sew You Up
  3. A Sorrow with a Braid
  4. Every Relationship Earthrise
  5. Traditional Snowfall
  6. Jester in Agony
  7. Poinsettia Pills
  8. Shoulders of Summerstones
  9. Wildflowers (Long Hair with Stocking Cap)
  10. Greenpoint
  11. Lives Torn Apart (Nyc)
  12. Frozen Niagara Falls (Portion One)
  13. Cocaine Daughter
  14. Falling Mask
  15. Frozen Niagara Falls (Portion Two)
  16. Christ Among the Broken Glass

La disco de Prurient

Frozen Niagara Falls9
90%
Through The Window
0%
Bermuda Drain
0%

Bermuda Drain

Arrowhead
0%

Arrowhead

Pleasure Ground
0%
Black Vase
0%

Black Vase