"> RJD2 - The colossus - Indiepoprock

The colossus


Un album de sorti en chez .

Fallait-il être amateur de rock indé et de pop au sens large pour apprécier "The Third Hand", paru en 2007 et signé RJD2 ? Possible. J’avais même subodoré à l’époque que notre homme risquait de passer pour un traître aux yeux de la clique électro et hip hop en publiant ce disque plutôt hédoniste et […]

Fallait-il être amateur de rock indé et de pop au sens large pour apprécier "The Third Hand", paru en 2007 et signé RJD2 ? Possible. J’avais même subodoré à l’époque que notre homme risquait de passer pour un traître aux yeux de la clique électro et hip hop en publiant ce disque plutôt hédoniste et simple à aborder, certes loin d’être inoubliable, mais qui avait le mérité d’ouvrir les fenêtres. Toujours est-il qu’un constat s’impose : le succès n’a pas été au rendez-vous.

Quand on a dit ça, on a tout dit ou presque. A savoir que "The colossus" est sans surprise l’album du retour au bercail. Dire que RJD2 a tout remballé serait peut-être exagéré, et on peut au minimum lui accorder le mérite de chercher à préserver quelques acquis de "The Third Hand", ne serait-ce que le recours au chant sur une majorité des morceaux, et une volonté de proposer une approche toujours directe sur la majorité du disque. N’empêche, notre larron réussit au mieux un compromis, au pire, il régresse. L’inaugural Let there be horns se voudrait une entrée en matière tonitruante, avec une dynamique résolument funky, des cuivres dans tous les sens, mais paraît surtout terriblement daté, sans finesse. Plus loin, on fait dans la soul, avec The glow, puis on enchaîne avec un instru tendance "hip hop atmosphérique", et, sans être franchement désagréable, ça pédale quand même légèrement dans la semoule.

Autre compromis, si RJD2 n’ a pas renoncé aux morceaux chantés, ce chant est la plupart du temps confié à d’autres. Phonte Coleman sur The shining path, Aaron Livingston sur Crumbs off the table. Alors d’accord, ces mecs ont sans doute plus de coffre que l’auteur de l’album, leurs intonations soul sont censées convenir à l’orientation de l’album. Et pourtant, cela crée une drôle d’impression, comme si RJD2 se laissait déposséder de sa musique. Car jamais on ne le sent capable d’imposer une patte, une présence à "The colossus", au contraire, il semble se servir de ses collaborateurs occasionnels pour mieux se planquer. Faut-il voir dans l’échec de cet album un artiste qui se cherche, un manque d’ambition, l’aveu de ses propres limites ? Peut-être un peu de tout ça. Quoi qu’il en soit, débarquer  en 2010 avec un album aussi passéiste, ça peut vous plomber pour un bout de temps.

Rédacteur en chef

Tracklist

  1. Let There Be Horns
  2. Games You Can Win (Feat. Kenna)
  3. Giant Squid
  4. Salud 2
  5. The Glow
  6. A Spaceship For Now
  7. The Shining Path (Feat. Phonte Coleman)
  8. Crumbs Off The Table (Feat. Aaron Livingston)
  9. A Son's Cycle (Feat. The Catalyst, Illogic & NP)
  10. Tin Flower
  11. Small Plans
  12. Gypsy Caravan
  13. The Stranger
  14. Walk With Me

La disco de RJD2