"> Ruby - Salt Peter - Indiepoprock

Salt Peter


Un album de sorti en chez .

"I can speak so softly because I have so much power"… Une goutte de parfum, une goutte de venin, un rien de soufre et de perversité lascive : en pleine vague trip-hop (1995), Lesley Rankine alias Ruby prend à contrepied les clichés cotonneux du moment et ramène la musique sur le plancher des vaches. Sa […]

"I can speak so softly because I have so much power"… Une goutte de parfum, une goutte de venin, un rien de soufre et de perversité lascive : en pleine vague trip-hop (1995), Lesley Rankine alias Ruby prend à contrepied les clichés cotonneux du moment et ramène la musique sur le plancher des vaches. Sa voix, pleine, grondante et feulante, s’oppose avec force aux filets envapés alors à la mode, tandis que l’enveloppe musicale, certes très marquée par l’électronique et le sampling, emprunte autant aux parangons de la violence indus qu’aux basses lourdes, lentes et enfumées du trip-hop. Des influences en provenance du jazz viennent aussi apporter un ton différent et bienvenu.

Pas si éloignée de Nine Inch Nails, Ruby travaille autour d’obsessions proches de celles de Trent Reznor mais les aborde de façon beaucoup moins théâtrale, beaucoup moins spectaculaire… pour un résultat également beaucoup moins pompier. A l’arrivée cependant, Ruby fait au moins aussi peur. "Salt Peter" est un disque de malaise, fascinant de par la sensualité crue qu’il exsude, entraînant sur les titres les plus rythmés mais souvent étouffant. Un album aussi effrayant que cette voix, douce mais empreinte d’une détermination que rien ne saurait ébranler, qui répète sur le splendide Heidi : "I can speak so softly because I have so much power", d’un ton languide et torve évoquant l’hypnose du serpent baudelairien. La même fascination malsaine se produit également sur le single Paraffin, infectieux comme une mauvaise fièvre, ritournelle hésitant entre le lumineux et le putride.

Lesley Rankine introduit en quelque sorte la féminité dans l’univers couillu de Trent Reznor, mais elle affronte les mêmes démons (détestation de soi, détresse psychologique, sentiment d’inadaptation) en jouant presque des mêmes armes. Rien de céleste chez Ruby : la femme chez Lesley Rankine est un être de chair et de sang, d’odeurs et de sécrétions, tourmenté par des peurs universelles mais qui les affronte non seulement à l’aide de cris et de muscles mais également avec une sensualité érigée au rang d’arme – "I can speak so softly because I have so much power"..

Chroniqueur
  • Publication 432 vues23 janvier 2011
  • Tags RubyCreation
  • Partagez cet article

Tracklist

  1. Flippin' tha Bird
  2. Salt Water Fish
  3. Heidi
  4. Tiny Meat - Original Version
  5. Paraffin
  6. Hoops
  7. Pine
  8. Swallow Baby
  9. The Whole Is Equal to the Sum of Its Parts
  10. Bud
  11. Carondelet