"> Sage Francis - Li(f)e - Indiepoprock

Li(f)e


Un album de sorti en chez .

On savait Sage Francis porté sur l’acoustique et la country depuis son célèbre Jah Didn’t Kill Johnny sur "A Healthy Distrust". De là à l’imaginer s’adonner au genre sur la longueur d’un album entier, il y avait un pas… que le MC franchit sans le moindre complexe sur "Li(f)e", son nouvel album. Mieux encore : […]

On savait Sage Francis porté sur l’acoustique et la country depuis son célèbre Jah Didn’t Kill Johnny sur "A Healthy Distrust". De là à l’imaginer s’adonner au genre sur la longueur d’un album entier, il y avait un pas… que le MC franchit sans le moindre complexe sur "Li(f)e", son nouvel album. Mieux encore : pour son entrée en fanfare dans le monde rock, Sage Francis s’acoquine avec quelques grand noms pour un générique tonitruant. On croise ici les signatures les plus surprenantes : Jason Lytle, Yann Tiersen, Buck 65, Chris Walla (Death Cab For Cutie), Calexico et même le regretté Mark Linkous. Mais rassembler des talents ne suffit pas en soi à concevoir un bon album ; la question dès lors est de savoir si la personnalité si particulière de Sage Francis parvient à s’imposer parmi un tel étalage de grands noms.
"Li(f)e" est un album de crossover, de mélanges et inévitablement de compromis. Critiquer un tel disque est également une affaire de nuances. MC d’exception, Sage Francis, avec son flow élastique et irrésistible, représentait la plus haute idée que l’on pouvait se faire du hip-hop des années 2000. Pour autant, un talent aussi particulier n’est pas soluble dans tous les styles. On ne connait pas exactement le niveau d’ambition placé par le rappeur sur ce nouvel album : le voyait-il comme un disque de transition, une articulation entre son passé hip-hop et un futur plus rock ? Ou comme le couronnement d’une carrière déjà riche de plusieurs hauts faits d’armes ?
Malgré quelques plages plus fiévreuses (Three Sheets To The Wind, entraînant grâce aux riffs très catchy de Chris Walla, qui en revanche se fourvoie sur London Bridge), "Li(f)e" offre une enveloppe musicale mélodique et paisible, bien loin des beats pugnaces dont Sage Francis aimait s’accompagner auparavant. Mélancolique à plusieurs reprises mais sans la rage et la virulence qui animaient ses précédents albums, il séduira peut-être de nouveaux auditeurs mais paraîtra également fade à bien des amateurs habitués à plus de percussion… Musicalement en tout cas, si le résultat est loin d’être désagréable, on peine franchement à retrouver l’excitation que pouvaient provoquer la rage et la tension contenues de "A Healthy Distrust". Le débit éruptif de Sage Francis a besoin de tension pour prendre son ampleur et pourtant sa scansion semble elle-même un ton en retrait, loin du flow que rien ne semblait pouvoir endiguer, ne retrouvant sa pleine mesure que sur Diamonds And Pearls, merveille sombre et mélancolique… La sagesse a du bon mais l’on préférait assez nettement Sage Francis lorsque sa colère était plus palpable.
Après quelques écoutes et une fois passée cette déception, ce sont les titres les plus mélodiques, les mieux produits, les mieux habillés qui s’imposent : Little Houdini, I Was Zero et le superbe The Best Of Times. A l’inverse, les ratages manifestes sont peu nombreux (Polterzeitgeist, funky comme un pudding, London Bridge). "Li(f)e" séduit donc comme un bon disque de rock américain, intelligent et très bien produit ; il faut donc reconnaître qu’au final, Sage Francis réussit son hybridation rock / rap bien mieux que la moyenne… mais reste néanmoins loin de ses albums plus purement hip-hop.

Chroniqueur
  • Publication 232 vues26 septembre 2010
  • Tags Sage FrancisAnti
  • Partagez cet article
  • Pas de concert en France ou Belgique pour le moment

Tracklist

  1. Little Houdini
  2. Three Sheets to the Wind
  3. I Was Zero
  4. Slow Man
  5. Diamonds and Pearls
  6. Polterzeitgeist
  7. The Baby Stays
  8. 16 Years
  9. Worry Not
  10. London Bridge
  11. Love the Lie
  12. The Best of Times

La disco de Sage Francis