"> Sigurd - Doppelgänger - Indiepoprock

Doppelgänger


Un album de sorti en chez .

Motif de guitare faussement calme, étiré à l’envi jusqu’à l’irruption de la déflagration sonore qui strie l’inaugural Planète Noire. Avec ce son menaçant et crasseux, l’impression de se trouver face à un inédit du Mogwai des débuts est telle qu’on a presque envie de déterrer la hache de guerre et d’en user pour régler directement […]

Motif de guitare faussement calme, étiré à l’envi jusqu’à l’irruption de la déflagration sonore qui strie l’inaugural Planète Noire. Avec ce son menaçant et crasseux, l’impression de se trouver face à un inédit du Mogwai des débuts est telle qu’on a presque envie de déterrer la hache de guerre et d’en user pour régler directement le cas de Sigurd. La suite de « Doppelgänger », heureusement, prouve que l’exécution sommaire aurait été trop hâtive : l’énergique duo helvète y réussit à prouver qu’il dispose de quelques autres cordes à son arc.

Sigurd parvient ainsi à évoluer vers un hardcore minimal, intéressant quoique très balisé (Delauney), ou, surtout, à atteindre une sorte de pop étrange, sans jamais se départir de ce son rêche, décharné, dominé par le vrombissement menaçant de la basse. Sigurd parvient à frapper vite et juste avec quelques uppercuts guitaristiques (Velociraptor) ou grâce à une inventivité rythmique qui dynamise quelques morceaux par ailleurs trop douloureusement linéaires.

Mais ce sont surtout quelques échappées mélodiques inattendues et, pour le coup, réellement séduisantes, qui scellent la réussite estimable de ce premier album. Ainsi le schizophrène Twin Sisters greffe-t-il une mélodie bizarrement naïve sur une instrumentation plutôt agressive. Nawa Shibari offre également un intermède presque incongru, mais apporte surtout un relief salutaire.

« Doppelgänger », peut-être pas aussi trompeur que son titre pourrait le laisser supposer, recèle tout de même quelques tentatives assez intéressantes, qui, mieux exploitées, pourraient permettre à Sigurd de forger son identité sur un échiquier post-rock/hardcore dans lequel, à l’image des fantômes de la pochette, il a pour l’instant tendance à se fondre.

Chroniqueur
  • Pas de concert en France ou Belgique pour le moment

Tracklist

  1. Planète Noire
  2. Delaunay
  3. Sonar Sonar
  4. Velociraptor
  5. Kinder Menuet
  6. Twin Sisters
  7. Nawa Shibari
  8. Vitrail
  9. Antilibido
  10. No Sex, No Drugs, No Rock'n'roll
  11. Capsules

La disco de Sigurd