"> The Bewitched hands - Vampiric Way - Indiepoprock

Vampiric Way


Un album de sorti en chez .

7

Ceux qui pensaient avoir trouvé la BO idéale pour une soirée “Twilight” vont être déçus…Malgré son titre et sa pochette, ce disque n’est pas fait pour faire peur et encore moins, pour égorger des poulets. Comme son grand frère “Birds and Drums”, « Vampiric Way » un petit joyau de pop orchestrale, débordant de bonne humeur et d’ingéniosité. Les Bewitched […]

Ceux qui pensaient avoir trouvé la BO idéale pour une soirée “Twilight” vont être déçus…Malgré son titre et sa pochette, ce disque n’est pas fait pour faire peur et encore moins, pour égorger des poulets. Comme son grand frère “Birds and Drums”, « Vampiric Way » un petit joyau de pop orchestrale, débordant de bonne humeur et d’ingéniosité. Les Bewitched Hands sont cools et ne feraient du mal qu’à un dépressif chronique.

Aux longs chemins sinusoidaux des débuts, les reimois ont préféré ici des morceaux plus directs, guitares et claviers en avant. Ca commence avec le cinglant Westminster et ses orgues d’église, qui signe dès les premières notes la marque de fabrique des Bewitched Hands: envolées lyriques et instrumentations ingénieuses. Le collectif est l’atout majeur de cette chorale pop où chacun trouve sa place, pose sa voix, pousse un choeur, balance un riff… Les chants et instruments se croisent avec autant de légéreté que les bulles dans une coupe de Veuve Clicquot. Est ce la scène ou l’accueil unanime de leur premier opus qui a donné de l’assurance au groupe qui s’affranchie des étiquettes, surfant entre comptines rétro (Hard love), slow désué (Modern dance), tendances zouk (Vampiric Way) et sonorités eigthies (l’envoûtant The Laws Of Walls avec sa rythmique disco, Words can let you down et ses synthés dégoulinants). On apprécie les compos foutraques (50’s are good) qui retombent toujours sur leurs lignes de basse, avec d’entêtants gimmicks et choeurs en embuscade (le malin Ah! ah! ah! ah!, le lancinant Let me).

Ceux qui espéraient retrouver quelques mélopées nostalgiques resteront sur leur faim. Ici, tout est gai, euphorisant…et sacrément bien ficelé ! Un album aussi surprenant qu’addictif.

Chroniqueur

Tracklist

  1. Westminster
  2. Thank You, Goodbye, It's Over
  3. 50 s are good
  4. Words can let you down
  5. Let me
  6. Ah!ah!ah!ah!
  7. She bewitched me
  8. Boss
  9. Modern Dance
  10. Hard love
  11. Vampiric way
  12. The laws of walls

La disco de The Bewitched hands