"> The Brian Jonestown Massacre - My Bloody Underground - Indiepoprock

My Bloody Underground


Un album de sorti en chez .

Plus de cinq ans après "And This Is Our Music", la bande d’Anton Newcombe est de retour avec ce dixième vrai album intitulé "My Bloody Underground" et publié sur leur propre label, A Records, créé en décembre dernier. Entre temps, l’actualité discographique de The Brian Jonestown Massacre se composait de maxis, de rééditions et de […]

Plus de cinq ans après "And This Is Our Music", la bande d’Anton Newcombe est de retour avec ce dixième vrai album intitulé "My Bloody Underground" et publié sur leur propre label, A Records, créé en décembre dernier. Entre temps, l’actualité discographique de The Brian Jonestown Massacre se composait de maxis, de rééditions et de deux "best-of". Enregistré entre Liverpool et Reykjavik en août dernier, "My Bloody Underground" est sans grande surprise musicalement parlant. Quoi que…

Nous retrouvons les traits caractéristiques développés par The Brian Jonestown Massacre depuis leurs débuts en 1992, où de longues pérégrinations psychédéliques (Who Cares Why, Dropping Bombs On The Whitehouse et Black Hole Symphony) côtoient des plages instrumentales moyen-orientales (Who’s Fucking Pissed In My Well’) et des titres à incandescence velvetienne (Yeah-Yeah, Infinite Wisdom Tooth / My Last Night In Bed With You).

En revanche, ce nouvel album se veut beaucoup plus noisy dans le traitement du son, et déploie d’impressionnants murs de guitares reverbées sur les morceaux Golden-Frost, Just Like Kicking Jesus et Automatic Faggot For The People. Enfin, au banc des innovations, on note l’utilisation d’une boîte à rythmes sur Dark-Wave-Driver / Big Drill Car, et un poignant morceau de piano au romantisme ténébreux, We Are The Niggers Of The World.

Ainsi, moins folk et lo-fi que ses prédécesseurs mais plus noise et obscur, "My Bloody Underground" laisse pointer de nouveaux horizons pour The Brian Jonestown Massacre. Et on se dit alors qu’on n’en a pas encore fini avec Anton Newcombe. Et c’est tant mieux !

A noter que vous pouvez retrouver sur Youtube les douze vidéos – complètement barrées et très poétiques – réalisées par Anton Newcombe lui-même pour illustrer les morceaux de son album.

Chroniqueur

Tracklist

  1. Bring Me The Head Of Paul McCartney On Heather Mill's Wooden Peg (Dropping Bombs On The White House)
  2. Infinite Wisdom Tooth / My Last Night In Bed With You
  3. Who Fucking Pissed In My Well?
  4. We Are The Niggers Of The World
  5. Who Cares Why
  6. Yeah - Yeah
  7. Golden - Frost
  8. Just Like Kicking Jesus
  9. Ljosmyndir
  10. Automatic Faggot For The People
  11. Darkwave Driver / Big Drill Car
  12. Monkey Powder
  13. Black Hole Symphony