"> The Konki Duet - Let’s Bonappétons - Indiepoprock

Let’s Bonappétons


Un album de sorti en chez .

Ca démarre à toute vitesse et puis ça se calme un peu avant de repartir de nouveau, le temps d’un titre, Heartful, et nous voilà déjà projeté dans l’univers des trois filles de The Konki Duet, groupe parisien que l’on retrouve à chaque fois avec un léger sentiment d’impatience, tant ce combo a su trouver […]

Ca démarre à toute vitesse et puis ça se calme un peu avant de repartir de nouveau, le temps d’un titre, Heartful, et nous voilà déjà projeté dans l’univers des trois filles de The Konki Duet, groupe parisien que l’on retrouve à chaque fois avec un léger sentiment d’impatience, tant ce combo a su trouver à chaque fois un supplément d’efficacité à lors d’un nouvel album. Les voici donc de retour avec « Let’s Bonnapetons » (ce titre !), sorti chez Clapping Music et avec comme une envie d’aller courir derrière Stereolab, surtout après la mise en pause de ce dernier …

Rythmiques simples mais imprévisibles, synthétiseurs analogiques qui font toudoudou, guitares évanescentes et parfois velvetiennes, voix diaphanes, violons lointains ; les trois filles de The Konki Duet savent mélanger ces ingrédients pour nous concocter sur chaque titres quelques mélodies des plus efficaces. L’évidence des compositions saute aux oreilles et on retiendra la noirceur des claviers et le chant japonais de Planete Sauvage, la pop savante de L’esprit de la ruche, ou encore le rock mathématique de Everyday is worse than the day before.

Trente-deux minutes plus tard, c’est presque trop court mais c’est efficace, le groupe referme avec énergie ce joli disque, et déjà on se met à imaginer à une hypothétique collaboration entre Laetitia Sadier et The Konki Duet. Une hypothèse que l’on n’imagine pas sans espoir et que l’on verrait bien se concrétiser en live avec une version augmentée du magnifique Sand’n’Salt, joli chef d’œuvre caché à la sixième piste de cet excellent troisième disque.

Chroniqueur