"> To Kill A King - Cannibals With Cutlery - Indiepoprock

Cannibals With Cutlery


Un album de sorti en chez .

7

C'est désolation. Malgré ses qualités de pop folk revisitée, "Cannibals With Cutlery", premier album de To Kill A King, est sorti il y a 5 mois dans un silence assourdissant.

Avec cette séance de rattrapage, nous allons tenter de lui donner la place qu’il mérite.
Attention, vous risquez d’avoir l’envie impérieuse de l’écouter voire de le posséder.

Ralph Pelleymounter pratique avec ses 4 copains de Leeds, une musique ciselée mais juste ce qu’il faut, la compagne agréable de tous les voyages, élégante sans être trop pomponnée. Place est largement laissée au timbre chaud et doux du lead singer, parfois des violons ou un piano s’invitent et c’est très souvent avec bonheur.
Entreprise difficile, essayons de livrer ici la substantifique moelle des 17 pistes de la version Deluxe.

Au commencement, il y a  I Work Nights And You Work Days qui mérite tous les égards, c’est une beauté triste admirable qui s’écoute fort dans l’intimité d’un casque, blotti dans un fauteuil, dans la pénombre. Il fait nuit, on pénètre sur la pointe des pieds dans une maison endormie. Tout est là, on entre dans ce morceau, comme on entre dans une pièce, à pas feutrés, un piano en sourdine s’installe, les notes et les premiers mots nous parviennent, il n’y a plus qu’à se laisser porter par cette tristesse contemporaine, celle de deux vies qui se croisent.

Funeral prend le contre-pied musical de ce doux départ, c’est largement plus enlevé, il y a des cuivres, une batterie bien présente, To Kill A King explore ici le thème du Tango Funèbre avec la même ironie, sur un ton en demi-teinte, une sorte de petite catharsis musicale. Pelleymounter se mue en crooner l’espace des 45 secondes de Cannibals With Cutlery et avec Besides she said , Ralph explore toutes les tessitures de sa belle et claire voix.

Wolves irrite un peu avec cette plainte au Bontempi en arrière plan et un riff facile et lancinant, au mieux agaçant. A contrario, les envolées de Gasp/The Reflex sont de nature à faire plier les plus rétifs à cette pop accrocheuse. L’album est tout entier résumé dans ce titre, on y entend des montées crescendo lyriques et instrumentales, la combinaison d’une musique folk et d’un refrain rageur, rock mais pas trop.

Fictional State explore le même registre, c’est un morceau jouissif de nature à faire bouger les 5 premiers rangs d’une fosse alors que Family apporte l’apaisement d’une simple guitare, d’une caisse claire et d’une voix qui finit parfois haut perchée tandis que l’accompagnement musical gagne en complexité.

Clairement, la musique pop folk  de cet album qui oscille entre murmure et emphase, se vit comme on parcourt une lecture agréable. Elle peut idéalement accompagner vos déambulations du dimanche matin dans votre salon, une tasse de café à la main. Ce sont des paroles et une musique accessibles qui permettent de passer un bon moment sans trop solliciter son attention.

Que serait l’exploration d’un album sans un regard sur l’artwork ? Ici, on nous propose une image et surtout des tonalités raccords avec le contenu, pas de fausse note, pléthore de couverts pour une véritable orgie sont ici rassemblés, et au centre de l’assiette, on trouve le symbole idéal de ce groupe, une pièce maîtresse renversée.

Après 2 EP dont le réussi « My Crooked Saint » avec sa pochette si attrayante et ce contenu partiellement repris sur ce premier album, To Kill A King signe chez Xmile recording, un ‘debut’ album qui aurait mérité plus de tapage. « Cannibals With Cutlery » est un disque très honnête qui recèle de véritables petites perles.

Gageons qu’il ne s’agit pas là du seul et unique album de ce sympathique quintet.
On doit la photographie qui illustre cette chronique à Nick Pickles.

Chroniqueur

Tracklist

  1. I Work Nights And You Work Days
  2. Cold Skin
  3. Funeral
  4. Wolves
  5. Cannibals With Cutlery
  6. Besides She Said
  7. Gasp/The Reflex
  8. Choices
  9. Rays
  10. Children Who Start Fires
  11. Fictional State
  12. Family
  13. Letters To My Lover The Dylan Fan
  14. Cannibals With Cutlery - Reprise
  15. Standing In Front Of The Mirror
  16. We Used To Protest/Gamble - Gamblers Version
  17. Howling - Acoustic Version

La disco de To Kill A King