"> Yann Tiersen - Les Retrouvailles - Indiepoprock

Les Retrouvailles


Un album de sorti en chez .

Chic, un nouveau Tiersen ! Nombreux sont ceux qui ont découvert le breton avec son premier succès commercial, « Le Phare » (voire, pour certains, la B.O. d’Amélie Poulain) il y maintenant presque 8 ans’. Reconnaissable entre tous, avec sa batterie de petits instruments, ses valses tourbillonnantes et ses thèmes récurrents, Tiersen a rapidement imposé son univers […]

Chic, un nouveau Tiersen ! Nombreux sont ceux qui ont découvert le breton avec son premier succès commercial, « Le Phare » (voire, pour certains, la B.O. d’Amélie Poulain) il y maintenant presque 8 ans’. Reconnaissable entre tous, avec sa batterie de petits instruments, ses valses tourbillonnantes et ses thèmes récurrents, Tiersen a rapidement imposé son univers et a marqué de son empreinte le paysage musical (et cinématographique) français de ces dernières années.

Mais voilà. Récurrent est le mot-clé. Bien que la qualité des compositions soit toujours excellente, l’auditeur a tendance à ressentir une légère impression de déjà entendu? Et au bout de 10 productions, albums, live et bandes originales confondus, le déjà entendu peut aisément se évoluer en lassitude.

Evidemment, « Les Retrouvailles » est un bon album. La notoriété de Yann Tiersen lui permet aujourd’hui de plus gros moyens, dont celui de travailler avec les meilleurs. Outre des invités prestigieux, tel Stuart Staples des Tindersticks sur le très bon A Secret Place, les musiciens présents sur cet album ne sont autres que des membres des sections cuivres et bois de l’Orchestre National de Paris ou encore le quatuor Illico.

Mais si les morceaux gagnent en épaisseur, on déplore de nombreuses redites. Le vrai talent de Tiersen réside dans la création d’ambiances. Il est un arrangeur formidable que l’on saura apprécier dans les détails de la partition (quelques notes de piano égrainées de ci de là, l’utilisation d’instruments atypiques comme les ondes Martenot?), sa musique se prête à merveille au monde des images, mais on ne peut indéfiniment avoir l’impression d’un même album cent fois reconstruit autour de rythmes, de thèmes, de sons déjà entendus.

Si Tiersen reste encore pour vous un inconnu, vos oreilles seront ravies par la richesse de ces 16 titres’ Pour les autres, vous connaissez déjà !

Chroniqueur