"> Richard Hawley @ Alhambra - 25 novembre 2015 - Live Report - Indiepoprock

Richard Hawley @ Alhambra – 25 novembre 2015


Dehors, la queue n’en finit plus de s’étirer. Il est 20h et le service de sécurité de l’Alhambra s’active : tickets en évidence, sacs et individus fouillés, ça contrôle fort. La situation est à la mesure du choc subi il y a une semaine et demie à peine, lorsqu’on apprenait, affolés, le carnage qui a ravagé le Bataclan, public ce soir-là des Eagles Of Death Metal.

Dehors, la queue n’en finit plus de s’étirer. Il est 20h et le service de sécurité de l’Alhambra s’active : tickets en évidence, sacs et individus fouillés, ça contrôle fort. La situation est à la mesure du choc subi il y a une semaine et demie à peine, lorsqu’on apprenait, affolés, le carnage qui a ravagé le Bataclan, public ce soir-là des Eagles Of Death Metal. Un sentiment d’horreur indicible, qu’on avait tous en tête ce mercredi 25 novembre en attendant le dernier crooner de Sheffield, Richard Hawley.

C’était donc presque un acte militant. Surtout, c’était là une riche idée, connaissant la qualité des scènes du bonhomme. Et quel bonhomme ! Une voix grave, puissante et chaleureuse nous accueille, la carrure imposante. Cheveux gominés, chemise à carreaux et blouson en jean, pas de doute, le rock sera au programme ce soir. Comme pour confirmer nos pensées, c’est Which Way, catchy à souhait, qui commence le concert d’une note enthousiaste. L’occasion de rappeler qu’il s’agit ici de la toute dernière date de la tournée de « Hollow Meadows« .

Puis le culte Tonight The Streets Are Ours vient séduire l’assistance, pièce d’élégance à l’harmonie parfaite qu’on peut retrouver sur « Lady’s Bridge » – époque de notre premier concert de Richard Hawley, qu’on se plaît à revivre régulièrement depuis. L’écouter, c’est l’adopter en quelque sorte. Alors le voir, imaginez, c’est l’épouser ! Les « I love you » qui fuseront tout au long du show ne s’y sont pas trompés, c’est certain. Il est un grand. Auteur d’une musique qui a fière allure, il fait valser les guitares, toutes plus belles les unes que les autres, et présente un répertoire d’une classe folle.

Entre chaque morceau se joue une pièce comique, nourrie des échanges drolatiques entre Richard Hawley et le public, qui ajoute au côté sympathique et affable du personnage. Mais il est déjà l’heure de la dernière chanson et There’s A Storm Comin’ régale l’assemblée, énième ode à l’océan, inspiration de toujours d’un crooner sensible, tendre au regard tourné vers l’horizon. Le groupe quitte la scène une première fois, non sans avoir honoré le public parisien pour son courage face à la tragédie qui nous aura frappés par deux fois cette année 2015 : « Don’t be afraid, et vive la France ! ». Nouvelle salve d’applaudissements, l’émotion est palpable, le moment est touchant.

Puis le groupe revient une dernière fois, nouvel hommage où les cinq membres lèveront leurs verres (de vin, bien sûr) et salueront l’esprit français, intact et solidaire, avant d’enchaîner sur les titres phares de son superbe « Cole’s Corner« , Cole’s Corner et The Ocean, sublimes et distingués, à l’image de ce grand beau concert.

Chroniqueur
  • Publication 518 vues2 décembre 2015
  • Tags Richard Hawley
  • Partagez cet article
Richard Hawley @ Alhambra - 25 novembre 2015
  • Pas de concert en France ou Belgique pour le moment