"> bdrmm - I Don't Know - Indiepoprock

I Don’t Know


Un album de sorti en chez .

8

Second album de bdrmm, nouvelle figure de proue du shoegaze.

La presse musicale britannique ne tarit pas d’éloges sur bdrmm et décrit la groupe comme le plus beau trésor caché d’Angleterre. Quelques pistes tout d’abord pour comprendre pourquoi le groupe de Hull est plus ou moins passé sous le radar, en dépit toutefois d’échos favorables : un nom moyennement heureux, sorte d’abréviation de « Bedroom », qui est aussi le titre de leur premier album, qu’on ne sait pas trop comment prononcer et qu’on peut vite oublier. Un premier album, ensuite, paru en 2020, cette année singulière pas franchement favorable pour se lancer, sachant en plus que le groupe, cette année-là, tout comme la suivante, n’avait aucune chance de venir défendre sa musique sur scène. Vous pouvez ajouter à cela que d’aucuns, point de vue d’ailleurs toujours valable maintenant que le groupe a sorti un second album, peuvent considérer qu’on a affaire à un groupe de plus de ce qu’on appelle aujourd’hui le shoegaze et qu’on connaît globalement les aspects de cette musique par coeur, pour peu qu’on s’intéresse depuis un bon paquet d’années à la pop indé.

Si on ne contestera pas que bdrmm ne remportera pas la palme du groupe révolutionnaire en termes de style, la question n’est toutefois pas tant de chercher l’originalité à tout prix qu’une capacité à mettre ensemble quelques éléments et à les incarner avec succès. A cet égard, sur « I Don’t Know », bdrmm réussit déjà majestueusement son entrée et sa sortie. Alps ouvre ainsi le disque avec un morceau planant à souhait, superbement rythmé par un son ambient, le shoegaze s’étant depuis longtemps affranchi des seules guitares à reverb, un petit crescendo au milieu pour un atterissage grâcieux. En fin d’album, A Final Movement est une magnifique ballade portée par le chant lent et doucement emphatique de Ryan Smith, quelques plages de synthé et un petit accord de guitare en guise de leitmotiv du meilleur effet.

Entre les deux, bdrmm étale sa palette sans fautes de goûts et souvent avec inspiration. Relevons juste le quelque peu ennuyeux We Fall Apart, trop monotone et trop long. Pour le reste, entre moments enlevés où les guitares se débrident un peu pour porter des morceaux à l’évidence pop (It’s Just A Bit Of Blood), d’autres au climat soigné, avec quelques touches electro toujours pertinentes (Hidden Cinema), on a affaire à un groupe convaincant, plus encore quand il met un peu de souffle et d’électricité dans sa musique sur l’excellent Pulling Stitches avant le final déjà décrit plus haut.

En résumé, sans doute bdrmm auront-ils besoin à l’avenir de mettre un peu plus de fièvre et de densité dans leur musique pour passer de bon groupe à grand groupe, mais « I Don’t Know » a largement de quoi entretenir la flamme d’une noisy-pop qui ne cesse de se réinventer.

Rédacteur en chef

Tracklist

  1. Psycho (Sped Up) - You Think I'm Psycho Don't You Mama

La disco de bdrmm

I Don’t Know8
80%