"> Emiliana Torrini - Fisherman's woman - Indiepoprock

Fisherman’s woman


Un album de sorti en chez .

Voilà déjà cinq bonnes années qu?Emiliana Torrini nous a gratifié de son « Love in the Time of Science », délicieux album bercé par l?électro et le trip-hop. Depuis, on l?avait croisé sur la Chanson de Gollum, titre générique des « Deux Tours », le deuxième volet du « Seigneur des Anneaux » de Peter Jackson. On s?inquiétait alors d?un deuxième […]

Voilà déjà cinq bonnes années qu?Emiliana Torrini nous a gratifié de son « Love in the Time of Science », délicieux album bercé par l?électro et le trip-hop. Depuis, on l?avait croisé sur la Chanson de Gollum, titre générique des « Deux Tours », le deuxième volet du « Seigneur des Anneaux » de Peter Jackson. On s?inquiétait alors d?un deuxième album sortant en fanfare et cédant à on ne sait quel nouveau phénomène de mode étouffant.

C?était bien mal connaître l?italo-islandaise. Celle-ci, débarrassée de sa major, nous offre un « Fisherman?s Woman » sans enluminures inutiles, ouvrant ses bras à une folk minimaliste qui ne met que plus en avant sa voix, douce et malicieuse. On aurait pu d?ailleurs un peu le prévoir puisqu?on l?avait vu lors de certains concerts ranger ses machines pour des prestations tout en acoustique, nous laissant sous le charme?

Guitares acoustiques, section rythmique discrète, piano déposant notes et accords sur de petites chansons sans prétention qui pourtant nous envoûtent dans leur dépouillement. Un peadalsteel, un glockenspiel, un mélodica nous font tendre l?oreille. Peut-être pas très accrocheur à la première écoute, juste agréable, les chansons prennent alors toutes leur saveur sur la longueur. Mais alors plus question de s?en débarrasser, il est déjà trop tard?

Car c?est bien la force d?Emiliana, avec trois fois rien mais une voix inimitable, elle nous ensorcelle et nous force à rester avec elle, bien au chaud, lors des froids d?hiver ou des mélancoliques pluies d?automne. Un album plus personnel mais qui finalement sera sans doute moins marqué par le temps qui passe que le précédent. Une douceur à garder dans un coin de son c?ur et de sa discothèque.

Chroniqueur

Tracklist

  1. Far - Fisherman Festival Mix