"> Emma Ruth Rundle - Some Heavy Ocean - Indiepoprock

Some Heavy Ocean


Un album de sorti en chez .

7

À l'origine du brillantissime "Pain Is Beauty" qui a consacré Chelsea Wolfe l'an dernier, le label américain Sargent House s'appuie de nouveau sur les tourments du folk-rock au féminin pour lancer sa nouvelle égérie, Emma Ruth Rundle...

Guitariste/chanteuse de son état au sein de The Nocturnes puis du groupe Marriages, Emma Ruth Rundle a décidé de voler temporairement de ses propres ailes en publiant un premier effort solo le mois dernier, « Some Heavy Ocean ». Un titre qui d’emblée en dit long sur les inspirations tumultueuses de son instigatrice, usant de son naturel avantageux et d’une élasticité vocale indéniable pour désépaissir le poids de ses textes.

Pourtant, les élans plaintifs du morceau liminaire Some Heavy Ocean tendraient d’entrée à prouver le contraire. Il en conviendrait même, à la lecture de ce premier titre éponyme, que les prémisses d’un recueil un tantinet trop sombre et surjoué viennent réduire nos émois à néant. À tort ou à raison, on pense s’attendre à une énième mièvrerie, assez lourde pour ne pas s’évertuer à prêcher le caractère atypique de son oeuvre, ni répandre à profusion la bonne nouvelle à tous les amateurs de folk/rock mélancolique…

Ces craintes semi-légitimes s’envolent pourtant dès le second morceau Shadows Of My Name. L’américaine y déploie un joli coup de gratte sèche tout en atténuant ses reverb’ vocales, accompagnée en amont par un léger voile nébuleux de clavier. Premier d’une longue série, ce titre introduit idéalement le mysticisme et la splendeur manifeste dans lesquelles Rundle s’épanouit, n’hésitant pas à semer plus loin quelques riffs légèrement abrupts, histoire d’apporter un peu plus d’allant électrique à ses à-propos (Run Forever, Living With The Black Dog).

À large dominance folk, ce premier effort n’a rien de révolutionnaire mais a le mérite d’accrocher l’auditeur par son intensité délivrée en filigrane, au crédit de quelques mélodies particulièrement saisissantes à la beauté insoutenable (Haunted Houses, Arms I Know So Well, Savage Saint…). Ni euphorique, ni trop obscur, ce premier album d’Emma Ruth Rundle réside dans une atmosphère beaucoup plus éthérée que l’on aurait pu le croire. Certains n’y entendront que des actes d’apitoiements prononcées. D’autres n’en retiendront que la délicate magnificence… 

 

Community Manager
  • Pas de concert en France ou Belgique pour le moment

Tracklist

  1. Some Heavy Ocean
  2. Shadows Of My Name
  3. Your Card The Sun
  4. Run Forever
  5. Haunted Houses
  6. Arms I Know So Well
  7. Oh Sarah
  8. Savage Saint
  9. We Are All Ghosts
  10. Living With The Black Dog

La disco de Emma Ruth Rundle