"> Filip Chrétien - Les Traces - Indiepoprock
Filip Chrétien les traces

Les Traces


Un album de sorti en chez .

9

Avec « Les Traces », Filip Chrétien vient de signer un album vital, comme il en paraît de temps en temps en France, depuis quelques décades.

Avec « Les Traces », Filip Chrétien vient de signer un album vital, comme il en paraît de temps en temps en France, depuis quelques décades. A chaque fois, la sortie de ce type de disque constitue une borne. Un moment essentiel, que l’on sait important. Ces albums on ne les citera pas, parce qu’ils sont tellement ancrés dans la mémoire collective de tous les amoureux de musique française affranchie, qu’il n’est plus nécessaire de les nommer. Les initiés seront de quoi l’on parle. Ce que l’on sait c’est que ces œuvres sont déterminantes en ce qu’elles ont débarrassé le paysage musical d’ici de ses pires travers. Primauté écrasante d’une langue belle, mais lourde comme du plomb. Musicalité nulle et culte ringard du chanteur à voix.

« Les Traces » appartient à ce cercle fermé de disques, qui, indépendamment du succès public, sont pour ceux qui ont la chance et le bonheur de les découvrir, des balises temporelles, puis des compagnons pour la vie. Le disque porte ainsi en lui toute la grâce, la profondeur de champ et la sensibilité des oeuvres majeures. Celles qui jalonnent un parcours de vie. Bande-son idéale qui console, blesse un peu, ouvre des pans entiers de paysages intérieurs. Ce qui frappe c’est la finesse des paroles, cette pudeur égrenée. Disque atmosphérique, « Les Traces » sublime le mouvement. Qu’il concerne le temps qui s’enfuit, les ruptures et les retrouvailles, les distances parcourues.

Disque impressionniste aussi. Tout en retenue. Légèrement électrifié. Comme pour signifier la nostalgie, une tristesse qui ne sombre jamais dans le pathos. Mais tenace, parfaitement compatible avec un certain apaisement. Filip Chrétien, comme d’autres trésors nationaux, marche à présent sur les traces des maîtres américains du genre…De The Magnolia Electric Co. à American Music Club.

 

 

Yan
Chroniqueur

La disco de Filip Chrétien