"> Half Moon Run - Dark Eyes - Indiepoprock

Dark Eyes


Un album de sorti en chez .

8

Si quelqu'un aurait un jour prédit la reconnaissance fulgurante que Half Moon Run est en passe de savourer, aucun de ses trois membres n'aurait à peine osé y croire. Et pourtant, le petit groupe de la banlieue de Montréal a déjà parcouru un sacré bout de chemin depuis la sortie de son premier album "Dark Eyes", édité l'an dernier au Canada par le modeste label Indica Records

Si quelqu’un aurait un jour prédit la reconnaissance fulgurante que Half Moon Run est en passe de savourer, aucun de ses trois membres n’aurait à peine osé y croire. Et pourtant, le petit groupe de la banlieue de Montréal a déjà parcouru un sacré bout de chemin depuis la sortie de son premier album « Dark Eyes », édité l’an dernier au Canada par le modeste label Indica Records. Bénéficiant du soutien de la presse locale, l’album et les performances scéniques du groupe recueillent rapidement les faveurs du public. Le buzz Half Moon Run s’épaissit, traversant les frontières jusqu’à s’ébruiter aux Etats-Unis et en Europe, où le trio alternera les prestations en comité restreint et les premières parties de Patrick WatsonOf Monsters & Men ou encore Mumford & Sons. C’est seulement le mois dernier que « Dark Eyes » s’est vu distribué en France par Glassnote Records. L’occasion pour Indiepoprock de revenir sur un album qui a depuis longtemps récolté sa multitude d’éloges dithyrambiques.

Devant l’ampleur du phénomène, rythmé par un temps incalculable écoulé hors de ses bases, un quatrième musicien s’est greffé au trio afin de poursuivre la promotion de l’album. Preuve de son éclatante ascension, le groupe n’a pas encore eu l’occasion de prendre la pose aux côtés de son ultime arrivant, Isaac Symonds. Nul ne sait encore si ce dernier intégrera définitivement la formation après ces moments d’effusions prolongés. On ignore également si le choix de « Dark Eyes » comme intitulé d’un premier effort fait référence au titre éponyme clôturant admirablement l’album « Empire Burlesque » (1985) du grand Bob Dylan. Si les morceaux No More Losing The War & Fire Escape dépoussièrent à eux seuls des prétendues racines folk, Half Moon Run s’est davantage abreuvé de différents univers pour porter ses compostions en lumière.

Au delà de préliminaires à base de pop/rock planante et effervescente à souhait (Full CircleCall Me In The Afternoon, She Wants To Know), le trio laisse entrevoir de fortes influences slow soul avec le titre Need It, glorifiant les belles heures d’un Bill Withers ou plus récemment D’Angelo sous ses allures les plus suaves. Non content d’éconduire au maximum leurs limites, ces jeunes pousses démontrent une étonnante capacité d’adaptation lorsqu’il s’agit de bousculer les codes à coups de percussions africanisantes (Drug You) et de textures un tantinet plus pop (JudgementNerve). A cela s’ajoute une insolence parfaitement contrôlée sur l’admirable Give Up, icône ravageuse plombée d’une profonde et insouciante mélancolie, capable de porter un album tout entier vers d’insoupçonnables cimes. Signe d’une confiance extrême en ses possibilités, HMR se paye même le luxe de délivrer une conclusion electro-expérimentale (21 Gun Salute) d’une utilité cependant discutable, tant la duplication avec les explorations de Radiohead paraît flagrante.

Il s’agit par ailleurs du seul regret notable émanant de ce premier album : des affiliations sonores un peu trop prononcées. On pense volontiers à Thom Yorke dans le timbre vocal de son leader Devon Portielje, mais aussi à Jeff Buckley sur le morceau Unofferable, ballade que l’américain aurait pu nous conter en b-side avant de plonger dans les eaux troubles du Mississippi. Un défaut à juger avec souplesse, car ces identifications pourraient tout aussi bien être l’une des clefs du succès rencontré par « Dark Eyes » jusque-là. Mais surtout parce que ce dernier est de remarquable facture et pourrait bientôt permettre à ses géniteurs de décrocher la (pleine) lune . . .

 

Community Manager
  • Lien d'écoute
  • Publication 806 vues5 juillet 2013
  • Tags Half Moon RunGlassnote Records
  • Titres recommandés Full Circle Call Me In the Afternoon No More Losing the War Give Up 21 Gun Salute
  • Partagez cet article
  • Pas de concert en France ou Belgique pour le moment

Tracklist

  1. Full Circle
  2. Call Me In the Afternoon
  3. No More Losing the War
  4. She Wants To Know
  5. Need It
  6. Give Up
  7. Judgement
  8. Unofferable
  9. Drug You
  10. Nerve
  11. Fire Escape
  12. 21 Gun Salute

La disco de Half Moon Run