"> Patrick Watson - Love Songs For Robots - Indiepoprock

Love Songs For Robots


Un album de sorti en chez .

8

En être à son cinquième album studio et toujours figurer parmi les songwriters les plus talentueux de sa génération : élémentaire, mon cher Watson !

Patrick Watson est comme le bon vin et se bonifie avec l’âge. Sans obligatoirement tomber dans le cliché de l’artiste arrivé à maturité, le songwriter québécois parvient encore à étonner son assistance, à renouveler avec subtilité la teneur de son oeuvre, tandis que certains s’affairent encore à penser que l’homme à la casquette nous sert le même plat à différentes sauces.

On peut éventuellement admettre que les envolées de l’ami Patrick peuvent, parfois, paraître lassantes et dénuées d’intérêt, à l’exception que, pour garder la mesure du génie transparaissant sur chacune de ses pièces, l’auditeur se doit d’être placé sur le même fil que son hôte, du moins, rester cloîtrer dans un univers cotonneux propice à quelques expérimentations bien placées.

Il s’agit tout bonnement du credo que s’impose depuis plusieurs albums le talentueux québécois. Du moins, un leitmotiv semblant des plus naturels, tant son timbre malléable parvient à s’accorder en parfaite harmonie avec les notes de piano qui caractérisent la plupart de ses titres, et ce même lorsque le thème de chansons romantiques pour robots semble de prime abord incongru.

Vous l’aurez deviné, ce nouvel album est un délice, de ses premières notes jusqu’à son apogée. Tout en conservant une trame ultra-feutrée, Watson propose un éventail de morceaux enivrants où douceur, inventivité et science-fiction se conjuguent sans le moindre faux pas. Du titre éponyme d’ouverture ouaté à souhait à l’exquis Places You Will Go clôturant la tracklist, chaque titre bénéficie de solides mélodies enveloppées de fines pellicules synthétiques, invoquant avec brio l’esprit surnaturel et cinématographique désiré au coeur de ce nouveau chapitre et, plus particulièrement, de silhouettes humanoïdes disposées à ressentir des sentiments aussi profonds que l’amour. L’intelligence artificielle dans toute sa splendeur.

Outre ce scénario digne d’un film de Spielberg, le Canadien place quelques ouvertures qui discréditent l’étiquette « guimauve chimérique ». On pense à Hearts et son folk aussi libertaire qu’exotique, mais aussi au combo Bollywood/Turn Into The Noise où les influences r’n’b/soul s’avèrent détournées par d’audacieuses touches fantasmagoriques. À ce tableau s’ajoutent également le délicieux interlude In Circles puis Know That You Know, une caresse de sept minutes s’érigeant d’elle-même en pièce maîtresse de l’ensemble, magnifiée par ses courbures résolument vintage (l’adjonction d’un craquement de vinyle en lecture n’aurait pas fait tâche…), l’ivresse de son tempo enjôleur et sa mélodie tutoyant l’imparable.

Imparable, justement, ce cinquième album de Watson l’enchanteur demeurera à coup sûr comme l’un des plus marquants de sa discographie. Seule condition cependant, que l’auditoire s’en approprie les fantasmes. Cela dit, même un robot tomberait sous ses charmes…

 

Community Manager

Tracklist

  1. Love Songs For Robots
  2. Good Morning Mr. Wolf
  3. Bollywood
  4. Hearts
  5. Grace
  6. In Circles
  7. Turn Into the Noise
  8. Alone In This World
  9. Know That You Know
  10. Places You Will Go