"> Wovenhand - Refractory Obdurate - Indiepoprock

Refractory Obdurate


Un album de sorti en chez .

9

Wovenhand ou le rock transcendantal : un chef d'oeuvre dans un océan de perles discographiques.

David Eugene Edwards Aka Wovenhand n’est rien d’autre que le frontman des feu-16 Horsepower. Fort d’une discographie sans faute allant jusqu’à de nombreuses merveilles parmi lesquelles l’intemporel « Low Estate », sir Edwards nous délivre ici son chef-d’oeuvre.

Le propre de Wovenhand a toujours été de garder la base goth-country de 16 Horsepower pour s’ouvrir sur des horizons plus larges. Entre country, punk, post-punk, et rock pur et dur, de multiples influences sont autant de parures à la forte personnalité de David Eugene Edwards. Toujours perceptibles, jamais réellement saisissables, celles-ci confèrent à « Refractory Obdurate » une sorte de mysticisme dangereusement hypnotisant – auquel on succombe sans lutter.  Sans à coup, mais dans un brouillard permanent, DEE nous emmène dans un labyrinthe peuplé de fantômes familiers (Ian Curtis, Jeffrey Lee Pierce, Syd Barett, et quelques pionniers du heavy).  Mais c’est avec une voix habitée tel un prédicateur, dont il reste à en définir la religion, que David Eugene magnifie ses textes d’une magie inénarrable.  Bien que l’on puisse arguer de tendances gothiques ou psychées, d’un goût prononcé pour la précision pop, ou que l’on évoque le travail de production et les effets, rien ne peut réellement rendre l’effet de l’organe vocal de monsieur. Il en devient même frustrant pour un chroniqueur de se retrouver à ce point démuni quant à tenter de transmettre ce sentiment, pourtant très fort, et qui hante tout l’album, entre un mélange de trip, de puissance heavy, de sensibilité fragile… Une énumération sans fin et avec un tel antagonisme apparent casserait l’essence même de ces morceaux tous parfaitement consistants et cohérents.

Cet effet justement indescriptible de la voix, l’aspect saisissant et insaisissable est exalté par une musique brumeuse oscillant entre rock puissant, envolées lyriques (sans jamais être vulgaires), escalades aux beats punks, introspection country… Les nombreux arrangements (electro, world music, …) achèvent de nous perdre tout en nous gardant l’hameçon bien campé dans le palet.

S’il est une qualité requise pour l’écoute de ce « Refractory Obdurate », c’est bien l’abandon de soi.  Freud trouverait peut-être un caractère amoral, du moins dangereux, au magnifique travail de Wovenhand tant celui-ci semble faire raisonner en nous des choses enfouies, proches du réflexe ou de l’instinct. Un véritable casse-tête que ce chef-d’oeuvre, au final le terme de rock transcendantal semble le mieux représenter l’esprit qui s’en dégage, mais quel bonheur à écouter! En boucle, évidemment.

Un défaut à relever? La perfection, le sentiment d’un aboutissement, qui augure la fin, mais soit, le chroniqueur derrière ces lignes s’était dit exactement la même chose à l’écoute de « Low Estate », il y a 17 ans…

S’il ne devait en rester qu’un titre (et quelle tristesse cela serait!) : Corsicana Clip.

Webmaster
  • Pas de concert en France ou Belgique pour le moment

Tracklist

  1. Corsicana Clip
  2. Masonic Youth
  3. The Refractory
  4. Good Shepherd
  5. Salome
  6. King David
  7. Field of Hedon
  8. Obdurate Obscura
  9. Hiss
  10. El-Bow

La disco de Wovenhand