"> Wreckless Eric - Le Beat Group Electrique + Donovan of Trash - Indiepoprock

Le Beat Group Electrique + Donovan of Trash


Un album de sorti en chez .

7

Ré-éditions d'un artiste culte

C’est bien le dénommé Wreckless Eric qui est à l’origine de ces deux albums DIY ré-édités par Fire Records et pourtant on a le sentiment d’être tombés sur des bandes extraites des divagations de Syd Barrett. La filiation transpire dans le chant cassé qui pue littéralement tant le garage que la pop, par les mélodies immédiates qui semblent simples mais vous emmènent toujours dans des limbes inattendues. Le foisonnement créatif qui a présidé à la composition de ces merveilles ne s’essouffle pas sur la longueur tant le talent pur de W. E prend des allures de corne d’abondance : la finesse mélodique de base profite sans cesse de son imagination débordante, de sa capacité à dénicher des arrangements accrocheurs, singuliers et exquis. Cette qualité de composition ne lisse par contre en rien le rendu qui fait de ces deux albums de vrais standards garage.

Tant « Le Beat Group Electrique » que « Donovan of Trash » oscillent entre swinging London à la Beatles et protopunk rageur d’un Hasil Adkins, avec le spectre du Velvet pas bien loin non plus, une véritable ode aux inventeurs pop. Que ce soit sur de pures ballades acoustiques d’une efficacité folle ou sur des délires de rockeur 70’s sous psychotropes, Wreckless Eric fait étalage de toute sa créativité avec un naturel désarmant, comme si chaque pan de l’instrumentation lui sortait des doigts.

Bien sûr, le manque de notoriété du monsieur fait qu’on ne peut s’empêcher de dire que le son a vieilli, un manque certain de puissance accompagne ces deux productions, un son « do it yourself » à tendance psyché londonienne déjà connu depuis notamment le « Madcap Laughs » de feu Syd B. Il n’empêche qu’on aurait pu promettre un grand succès d’estime à ces LP s’ils avaient porté le sceau du génie floydien, qui n’aurait certainement pas fait mieux.

Une plongée dans le psychédélisme sombre des 70’s, dans la pop succulente et dérangeante d’un artiste maudit (au succès tout relatif du moins) touché par la grâce, ça vous dit ? Vous avez trouvé ici du répondant avec cette orgie de titres très riches, à goûter et à re-goûter encore…

S’il ne devait en rester qu’un titre : The Happiness.

Webmaster

La disco de Wreckless Eric