"> Interview de CHLLNGR - Indiepoprock

Interview de CHLLNGR

Interview de CHLLNGR

Peux-tu nous dire où tu te trouves en répondant à ces questions ?

Actuellement, je suis assis dans mon canapé, dans mon appartement à Copenhague au Danemark. Il est 2:23 du matin et je n’arrive pas à dormir même si je sais que ma fille va se réveiller dans quelques heures pour affronter le monde avec moi.

 

Ton précédent album « Haven » est sorti il y a 3 ans. Qu’as-tu fait pendant tout ce temps ?

Du côté de CHLLNGR, j’ai sorti un EP en 2013 sur le label Time No Place qui s’intitule « Datter ». En 2013, j’ai sorti un album en collaboration avec Doctor Echo sur le label Annica Records qui s’intitule « Hidden Tracks ». J’ai élevé ma fille de 3 ans avec ma femme, fait une tournée aux États-Unis, en Afrique du Sud, au Brésil, en Europe avec Spoek Mathambo et fait le tour du Danemark avec un groupe danois qui s’appelle Klumben & Raske Penge. Spoek Mathambo m’a aussi invité à composer de la musique pour le film sud-africain Cold Harbour actuellement au cinéma.

 

« Form of Release » est ton premier album enregistré dans un studio professionnel, le Red Bull Studios à Copenhague. Comment cela a-t-il changé ta façon de travailler ?

Comme avec tous mes morceaux, ça commence dans mon salon sur mon canapé avec mon micro Korg, ma mbox 2 et ma réverbe de la fin des années 70. La base de chacun des titres de l’album est d’abord enregistrée dans mon appartement.

Ce que nous avons ensuite fait en studio, c’est de faire marcher ce que j’avais fait chez moi au travers de jolis préamplis vintage, d’y mettre des effets et de tout enregistrer. La voix et les instruments y sont parvenus et nous avons pu les enregistrer dans un espace agréable et avec des micros incroyables.

La plupart du temps a vraiment été passée à écouter les sons que j’avais déjà créés et être sûr qu’ils sonnaient correctement pour la dernière étape du mixage.

 

JOSIAHWISE IS THE SERPENTWITHFEET intervient sur plusieurs titres de ton album. Comment vous êtes-vous rencontrés ? Qu’est-ce qui t’intéresse tant chez JOSIAH ?

J’ai rencontré Josiah par Spoek Mathambo, avec qui j’ai tourné pendant de nombreuses années. Un jour, Spoek est venu chez moi et m’a dit qu’il correspondait avec un artiste/chanteur incroyable aux États-Unis et m’a montré une de ses vidéos. J’ai été complètement bluffé à la première écoute et ne comprenais vraiment pas comment PERSONNE ne connaissait déjà JOSIAHWISE IS THE SERPENTWITHFEET.

C’est l’un de ces moments dont je me rappellerai toujours. Nous nous sommes rencontrés en personne, pour la première fois, quand il est venu pour enregistrer l’album avec moi, ici à Copenhague, l’automne dernier.

 

Tu es originaire de Sacramento en Californie. Tu habites à Copenhague au Danemark. Comment ces 2 lieux influencent ton travail ?

C’est compliqué pour moi de le dire parce qu’une analyse personnelle est difficile. Je dirais certainement que ma tendance à utiliser un son de synthé de forme sinusoïdale avec un portamento dessus vient certainement de là où j’ai grandi sur la côte ouest et le côté le plus sombre de mon son est venu des hivers passés à Copenhague.

 

De la même façon que tu mélanges les cultures, tu mélanges aussi les styles musicaux : r’n’b, dub, pop, deep vocals. Parfois ça crée quelque chose de sombre et maussade comme dans For The Books, d’autres fois ça crée un son plein d’énergie comme dans Come Around. Est-ce que CHLLNGR est le résultat de ces mélanges culturels, musicaux, des différentes rencontres faites pour créer un son nouveau qui peut atteindre plus de personnes ?

Je dirais que le plus gros changement culturel que j’ai jamais eu vient des tournées mondiales que j’ai faites pendant de longues périodes. C’est un vrai cadeau que de pouvoir voyager et faire ce que tu aimes, d’expérimenter la musique avec des gens et de réaliser que de beaucoup de façons nous sommes similaires. Depuis aussi loin que le projet existe, je dirais que ça vient de mon ouverture à travailler avec des musiciens que j’ai rencontrés en chemin, que je respecte et que je sais aussi ouverts d’esprit.

Le but de cet album était d’être principalement vocal pour qu’il puisse atteindre ceux qui ne sont pas habitués à des sons dub plus sombre.

 

Jusqu’à présent, un clip est sorti pour Come Around. Est-ce que tu veux également explorer la vidéo ? Y aura-t-il d’autres clips pour cet album ?

La vidéo est très certainement quelque chose que je veux explorer. Elle prend une place importante dans nos vies désormais, elle est donc impossible à ignorer.

Nous avons été assez plutôt chanceux d’avoir Josiah  sur place pendant une semaine pendant l’été pour tourner Come Around avec les incroyables Tina Kloch (réalisatrice), Anne Mie Dreves (cinématographe) et Marco Franklin Stoltze (éditeur). Ils ont fait un travail formidable : ça a été super simple et super fun de travailler avec eux. Josiah a fait un travail incroyable et le tournage s’est passé sans difficulté.

Le prochain clip sera partiellement animé pour Art, Science, Love feat. Blaqstarr et sera réalisé par des amis, Yaqup Oxbjr et Bjørn Stig Hansen pour la photographie. Il y en a aussi un autre en cours pour Yes par Alexandre Archimbaud, mais la date de sortie n’est pas encore définie.

 

 

Il y a quelques années, tu t’es fait remarquer en remixant Islands de The xx. Comment ça t’est venu ?

Pendant de nombreuses années, j’ai été proche de Ben Bronfman avec lequel nous avons également un groupe appelé Teachers sur lequel nous travaillons avec d’autres super musiciens talentueux. Ben travaillait sur le remix de Islands avec Theophilus London et m’a demandé si ça m’intéressait. J’ai donc commencé à les rejoindre pour bosser dessus. La version sur laquelle ils travaillaient n’a jamais vu le jour, mais j’ai commencé la mienne (CHLLNGR remix) juste pour le fun. Ben a commencé à l’apprécier et m’a aidé à sortir ce remix.

 

Est-ce qu’Internet influence ton travail ? Que ce soit SoundCloud pour la diffusion de tes morceaux ou YouTube/Spotify pour découvrir de nouveaux titres et chercher l’inspiration.

Si tu vis dans le monde moderne, il est difficile qu’Internet n’influence pas ton travail. Pour cet album, je pense vraiment avoir essayé de l’ignorer. Pour diverses raisons, j’ai arrêté de suivre beaucoup de sites de musique et essayé de ne pas être happé par ce qui se faisait de plus « hype » à ce moment-là.

J’ai cherché dans mes racines musicales pour cet album et laissé voir ce qui pouvait se passer.

 

Penses-tu partir en tournée ?

Il y a un projet de tourner en Europe avec cet album, aux États-Unis aussi. Je suis impatient de travailler le live avec Josiah et d’ajouter plus de musiciens pour le show. Je prévois aussi quelque chose de spécial visuellement et je suis pressé de le partager avec tout le monde.

 

Y a-t-il des artistes français que tu admires ?

J’ai vraiment adoré la bande originale de Virgin Suicides qu’Air a signé il y a très longtemps. Cette époque de Air a clairement influencé mon travail.

 

Que peut-on attendre de CHLLNGR en 2015 ?

Je suis impatient de sortir pour partager ma musique avec le monde entier, et de travailler avec des talents danois en studio, ELOQ et UNKWON, sur de nouveaux projets. Je suis également très impatient de voir ce que JOSIAHWISE IS THE SERPENTWITHFEET et moi sommes capables de donner sur une nouvelle expérience live.

 

« Form of Release » est sorti le 27 octobre sur le label Time No Place.

 

Interview réalisée par email.

Remerciements : Steve, Mads.

Chroniqueur
  • Date de l'interview 438 vues
  • Tags CHLLNGR
  • Partagez cet article