"> Coldplay - Viva La Vida or Death and All His Friends - Indiepoprock

Viva La Vida or Death and All His Friends


Un album de sorti en chez .

"Alors, il est comment le nouveau Coldplay ?" Voilà la question que tout fan ou détracteur du groupe d’Oxford est en droit de se poser à l’approche de la sortie de "Viva La Vida". Après avoir bouclé un cycle avec trois albums dont on retiendra surtout les deux premiers, le groupe aux millions de disques […]

"Alors, il est comment le nouveau Coldplay ?" Voilà la question que tout fan ou détracteur du groupe d’Oxford est en droit de se poser à l’approche de la sortie de "Viva La Vida". Après avoir bouclé un cycle avec trois albums dont on retiendra surtout les deux premiers, le groupe aux millions de disques vendus revient avec un album surprenant riche en expérimentations nous dit-on. Voilà de quoi intriguer plus d’un auditeur. Mais là où ils diffèrent de leurs ainés et influence principale Radiohead, c’est par le choix de leur producteur, en effet pas de Nigel Godrich ici mais bien Brian Eno épaulé par Monsieur Arcade Fire Markus Dravz.
 
Après une première écoute voici ce que nous pouvons dire: Life in Technicolor dont le titre (mais peut-être pas seulement le titre) résume bien l’état d’esprit du groupe sur cet album, à savoir passer du noir et blanc à la couleur. Il s’agit d’un morceau instrumental charmant et aérien qui prend un peu de temps pour démarrer, mais une fois qu’on le croit capable de voler de ses propres ailes retombe un peu bizarrement. Les couleurs ça a du bon, ça donne de la gaieté aux titres les plus sombres mais par contre, ça ne fait qu’accentuer les inégalités.

Le single Violet Hill avec son refrain accrocheur fonctionne très bien et risque de cartonner dans les grosses salles lors de la future tournée. Cemeteries of London, tout en contrastes ne cesse de surprendre dans le bon sens du terme. Si on reconnaît des détails qui nous avaient fait aimer le groupe notamment la voix de Chris Martin, on est frappé par cette atmosphère sombre et froide sur fond de musique chaude et entraînante, une réussite. Plus fort encore 42, très certainement LE morceau le plus trompeur de l’album et celui qui recueille nos faveurs, avec son introduction toute simple piano-voix teintée d’une mélancolie belle à pleurer qui cache différents mouvements plus ou moins rythmés, une véritable curiosité.

Après un tel sommet, les titres se suivent et rien ne capte plus trop notre attention tant ils se ressemblent tous : mélange de tubes radio et d’arrangements luxueux et faussement recherchés. On notera quand même des qualités aux deux morceaux qui ont donné son titre à ce quatrième effort des anglais: Viva La Vida à la limite du kitsch tant il transpire le son 80’s et Death and All His Friends qui clôt bien l’album avec son rythme très martelé, on se dit que quitte à partir un jour, autant que ce soit comme ça. Chers messieurs de Coldplay, la mort vous va si bien…
 
Une chose est sûre, on ne nous a pas menti. "Viva La Vida" regorge d’expérimentations en tous genres: orgue d’église, rythmes groovy, disco ou world, clochettes, cordes dignes du meilleur mélo, claquements de mains flamenco… mais on finit par se demander si tous ces sons inattendus sont là pour servir les morceaux ou simplement pour "faire genre". En effet, trop d’expérimentation tue l’expérimentation et le fouillis prend la place de l’originalité.

Kim
Chroniqueur
  • Publication 593 vues19 juin 2008
  • Tags ColdplayCapitol
  • Partagez cet article

Tracklist

  1. Life in Technicolor
  2. Cemeteries of London
  3. Lost!
  4. 42
  5. Lovers in Japan
  6. Yes
  7. Viva La Vida
  8. Violet Hill
  9. Strawberry Swing
  10. Death and All His Friends