"> Foo Fighters - Sonic Highways - Indiepoprock

Sonic Highways


Un album de sorti en chez .

7

Les Foo Fighters sont-ils à la hauteur du battage médiatique qui les entoure ?

La sortie d’un nouvel album des Foo Fighters est toujours un événement. Ce « Sonic Highways » peut-être encore plus que d’habitude et ce grâce à un plan marketing bien huilé. En effet pour ce 8ème album, et du chiffre 8 il va en être beaucoup question, Dave Grohl annonce depuis des mois quelque chose que personne n’a jamais fait. Il nous lâche un peu plus tard le concept, qui est d’enregistrer 8 titres dans 8 studios différents, et ce dans 8 villes un peu partout aux USA : Austin, Chicago, Los Angeles, Nashville, La Nouvelle-Orléans, New-York, Seattle et Washington. Alors on se dit que c’est bien beau, mais que cela ne fait que 8 chansons sur l’album, ce qui est peu! Mais Dave nous rassure en annonçant des chansons bien plus longues qu’à l’accoutumée (nous y reviendrons). Ajoutez à cela Butch Vig, le producteur de toujours du groupe et des guests comme Joan Jett, Rick Nielsen de Cheap trick ou encore Joe Walsh le guitariste des Eagles. Et pour finir une mini série de 8 épisodes retraçant l’enregistrement de l’album diffusée sur HBO depuis mi-octobre, a également vu le jour.

Bon on va quand même un peu parler du disque en lui même. Il démarre sur le single Something From Nothing qui est un classique instantané du groupe, efficace comme les Foo Fighters savent le faire. Suit The Feast And The Famine qui est assez banal et rappelle le précédent album « Wasting Light ». C’est avec Congregation que l’on commence à entrevoir un côté plus ‘classic rock’ avec un break un peu progressif dans l’idée. What Did I Do?/God as My Witness démarre de manière assez habituelle pour le groupe et à nouveau c’est la deuxième partie de la chanson qui relève le tout et sauve le morceau avec un côté légèrement Queen. En tout cas, cela confirme l’impression que les deuxèmes moitiés de chansons sont bien plus intéressantes et permettent de ne pas perdre l’auditeur. Outside quant à elle ne restera pas dans les annales. In The Clear nous ramène dans le passé du groupe, son palm mute rappelle d’ailleurs All My Life en moins pertinent, mais la chanson reste agréable et pourtant assez conventionnelle. Jusque là on oscille entre chansons de 4 à 5 minutes, et c’est donc avec les deux derniers titres que l’on voit le compteur monter comme promis vers les 6-7 minutes. Tout d’abord avec Subterranean qui ralentit le tempo, mais finit par laisser l’auditeur sur le bord de la route de lassitude. En guise de fin, les Foo Fighters relèvent (enfin) la barre avec I Am A River qui inquiète en démarrant dans la même veine que la chanson précédente, mais va petit à petit faire monter le rythme pour nous offrir 7 minutes assez savoureuses.

Pour conclure, si la première écoute de l’album ne lui fait pas la part belle, il faut bien avouer que plusieurs passages ont permis de révéler un album somme toute bien sympathique. Cela ne révolutionnera pas le genre. Par contre, tout ce matraquage promotionnel a, comme pour le dernier Arcade Fire, desservi le disque. Avant même sa sortie on était déjà saoulé d’en entendre parler. Surtout qu’au final, malgré toutes les promesses et même si un petit côté plus classique se fait bien entendre, cela reste du Foo Fighters. Les deux chansons plus longues auraient d’ailleurs gagné à être plus courtes et le groupe devrait se contenter de juste composer des hymnes pour stades de 3-4 minutes. La suite des Foo Fighters a de quoi effrayer… Dave Grohl ayant déjà annoncé un concept plus fou encore pour leur 9ème album. Bref il ne faudrait pas qu’il attrape la même mégalomanie qu’un certain Matthew Bellamy, mais plutôt qu’il reste égal à lui-même avec son humour potache qu’on aime tant.

Chroniqueur
  • Publication 1 031 vues10 novembre 2014
  • Tags Foo FightersRCA
  • Partagez cet article

Tracklist

  1. Something from Nothing
  2. The Feast and The Famine
  3. Congregation
  4. What Did I Do?/God As My Witness
  5. Outside
  6. In The Clear
  7. Subterranean
  8. I Am A River