"> Foo Fighters - Wasting Light - Indiepoprock

Wasting Light


Un album de sorti en chez .

Ce n’est pas aujourd’hui que les Foo Fighters changeront quoi que ce soit dans leur formule, qu’ils se mettront à composer avec des synthés pour nous offrir du krautrock hypnagogique. Non, l’option choisie par le groupe de Dave Grohl reste et restera les guitares abrasives et grassouillettes, une option poussée jusqu’à ces derniers retranchements sur […]

Ce n’est pas aujourd’hui que les Foo Fighters changeront quoi que ce soit dans leur formule, qu’ils se mettront à composer avec des synthés pour nous offrir du krautrock hypnagogique. Non, l’option choisie par le groupe de Dave Grohl reste et restera les guitares abrasives et grassouillettes, une option poussée jusqu’à ces derniers retranchements sur « Wasting Light », puisqu’on ne compte pas moins de trois guitares saturées différentes. Attendez-vous donc à un léger sifflement dans les oreilles après avoir écouté très fort ce nouvel album.

« Wasting Light », ou le disque du retour. Retour au source pour les Foo Fighters, qui n’étaient pas partis trop loin, mais qui avaient mis un peu d’eau dans leur vin au fur et à mesure des années. Ici les guitares de White Limo jouent presque dans le registre heavy et la présence de Lemmy de Mötörhead dans le clip ne fait qu’accentuer ce virage métal. Retour de certains musiciens aussi, à commencer par Pat Smear, guitariste des Germs, qui était venu rejoindre Nirvana lors des dernières tournées, en soutien d’un Kurt Cobain défoncé et qui avait ensuite été embarqué sur les premiers Foo Fighters. Puis c’est aussi le retour surprenant de Krist Novoselic, le bassiste de Nirvana.

Si Novoselic n’avait pas rejoint les Foo Fighter à leur début, c’était surtout pour éviter de trop ressembler à cette vieille dépouille encore fumante que fut Nirvana. C’est donc assez curieux de l’entendre, des années après sur le plutôt touchant I Should Have Known. C’est d’ailleurs le seul titre où Dave Grohl joue un peu plus en mode mineur, alors que tout le reste avance à toute berzingue dans un déluge de guitares saturées …

Finalement tout cela s’écoute avec plaisir, même si cet album des Foo Fighters reste loin derrière "The Colour And The Shape", le chef d’oeuvre de Dave Grohl. Alors oui, tout ça n’est pas toujours très subtil, mais ça fait plaisir à écouter, la faute peut être à une trop forte propension à la nostalgie des guitares des 90’s. Peu importe, il sera toujours possible d’aller écouter du krautrock hypnagogique après …

Chroniqueur
  • Publication 364 vues10 mai 2011
  • Tags Foo FightersRCA
  • Partagez cet article

Tracklist

  1. Bridge Burning
  2. Rope
  3. Dear Rosemary
  4. White Limo
  5. Arlandria
  6. These Days
  7. Back & Forth
  8. A Matter Of Time
  9. Miss The Misery
  10. I Should Have Known
  11. Walk