"> Granville - Les Voiles - Indiepoprock

Les Voiles


Un album de sorti en chez .

7

Quand deux normands de l'équipe se posent autour d'une table pour discuter de l'événement phare de leur région d'origine, à savoir la sortie du premier album de Granville, c'est à un compte-rendu à quatre oreilles et quatres mains qu'on vous propose donc d'assister. Au programme sincérité, passion et un brin de chauvinisme donc.

Quand deux normands de l’équipe se posent autour d’une table pour discuter de l’événement phare de leur région d’origine, à savoir la sortie du premier album de Granville, c’est à un ressenti à quatre oreilles et quatres mains qu’on vous propose donc d’assister. Au programme sincérité, passion et un brin de chauvinisme donc.

 

Pol : Salut Jocelyn, bon ça y est, tu as vu, c’est enfin sorti. Ça faisait un petit bout de temps qu’on nous en parlait, on savait que le premier album de Granville allait faire parler de lui et cette fois ça se concrétise réellement.

Jocelyn : Salut Pol ! Oui enfin. Il faut dire que Granville nous avait déjà emballés avec les deux titres irrésistibles que sont Jersey et Le Slow. Mais aujourd’hui, il est question de dérouler toutes « Les Voiles » du navire normand.

Pol : Je vois que tu voyages déjà. Il faut dire que si l’album a effectivement un bon petit goût de chez nous, il est aussi question de voyage dans le temps, direction les années yéyé au bon souvenir d’icônes telles que Françoise Hardy et France Gall notamment. Une proposition peu courante de nos jours finalement.

 

 

Jocelyn : Oui, tu as raison ! Tu auras sans doute remarqué que la voix de Melissa Dubourg fait vivre des paroles presque naïves (ce qui ne veut pas dire simples) mais toujours accrocheuses. Mais n’oublions pas que Granville surfe également sur une dream pop qui n’est pas sans nous rappeler les deux Américains de Beach House. La pop mélancolique, made in Normandie mais tournée vers les USA (ce qui est franchement bluffant) fonctionne à la perfection.

Pol : En gros, c’est ça. D’ailleurs, d’après ce que j’ai entendu, leur devise était de faire entrer la Californie en Normandie. Mission accomplie, non ? Un morceau comme Les Corps Perdus, où cette volonté se ressent particulièrement, illustre parfaitement la pertinence de cette association d’idées. La mer, l’adolescence et tous ces thèmes récurrents dans les textes du groupe se prennent ainsi une bonne dose d’UV. J’en aurais presque préparé ma crème solaire et oublié à quelle point nos plages peuvent être froides à cette époque de l’année.

Jocelyn : Les Corps Perdus, comme tu dis, mon titre préféré de l’album incarne le mélange parfait des genres. Comment ne pas craquer à l’écoute d’une voix si douce et d’une mélodie digne de Real Estate ? Et puis, on se doit d’insister sur les titres incroyables que sont Jersey et Le Slow. Alors certes, on ne les découvre plus, mais on ne peut qu’admettre que ces titres sont construits idéalement, avec des paroles et des mélodies efficaces. Ils colleront à coup sûr à l’image de Granville pour longtemps.

 

 

Pol : De mon côté je crois que j’ai un petit faible pour Crèvecoeur, sa mélodie touchante et son contexte qui sent pleinement le vécu. Et même s’il faut bien avouer en effet que les deux singles envoyés en éclaireurs l’année dernière restent des moments forts du disque, je rajouterai que La Robe Rouge et Tic Boum remportent la palme du plus beau retour à cette pop de tradition qui s’était perdue depuis des années après avoir arrosé nos ondes radios et déchaîné les passions.

Jocelyn : Sans oublier que Granville lève Les Voiles de belle manière pour conclure l’album. Onirique, simple. Voilà une parfaite fin pour un premier LP finement construit, novateur et nostalgique d’une époque. Il fallait oser ! Et le pari s’avère vraiment payant. Ils sont forts ces normands… (Hum hum)

Pol : Comme t’y vas fort. Mais je dois avouer que je ne suis pas loin de te rejoindre et que le charme a parfaitement fonctionné sur moi aussi. Réussir à tirer de la fraîcheur avec de vieilles ficelles n’est pas chose aisée et il faut bien reconnaître que c’est réussi. Avec une façon de chanter aussi sexy et des guitares dans l’air du temps, Granville a visiblement de quoi faire tourner quelques têtes et les faire s’orienter vers nos plages pour un bon moment.

Pol
Chroniqueur
Chroniqueur

Tracklist

  1. Nancy Sinatra
  2. Jersey
  3. La Robe Rouge
  4. Polaroïd
  5. Le Slow
  6. Adolescent
  7. Crèvecoeur
  8. Les Corps Perdus
  9. Tic Boum
  10. Jeans Troues
  11. Macadam
  12. Les Voiles

La disco de Granville

Les Voiles7
70%

Les Voiles