"> Sebadoh - Bakesale - Indiepoprock

Bakesale


Un album de sorti en chez .

Sebadoh a été l’un des premiers à jeter sur le devant de la scène les vertus du son lo-fi : des chansons souvent acoustiques, enregistrées sur un 4-pistes à cassette au fond d’une chambre, et où l’émotion surpasse la technique dans une somptueuse nonchalance. Mais après quelques albums, la bande à Lou Barlow s’est progressivement […]

Sebadoh a été l’un des premiers à jeter sur le devant de la scène les vertus du son lo-fi : des chansons souvent acoustiques, enregistrées sur un 4-pistes à cassette au fond d’une chambre, et où l’émotion surpasse la technique dans une somptueuse nonchalance. Mais après quelques albums, la bande à Lou Barlow s’est progressivement adaptée à un son plus propre, sans pour autant perdre de son authenticité. Et de tous ces disques, "Bakesale" est sûrement le meilleur représentant.

On restera marqué à coup sûr par License to Confuse, un morceau qui a vieilli en même temps que nous, et dont la construction démontre, en une minute quarante cinq, les talents de songwriting de Lou Barlow : un texte décrivant le parfait manifeste du perdant né ("I’ve got a license to confuse / What do we get to loose"), un riff distordu, et une écriture qui doit autant au folk façon Neil Young qu’au hardcore labelisé SST.

Barlow, loin de se perdre en façonnant ses morceaux dans un écrin un peu plus luxueux qu’à l’accoutumée, réussit à garder l’intensité de ses premiers enregistrements. Dreams, tout en électricité retenue, met à l’honneur une voix nonchalante et se paie le luxe d’ajouter un clavier capable de tirer des larmes à n’importe quel indie-kid. Plus pop, mais enrobés de guitares abrasives, Skull et Rebound ont réussi plus d’une fois à nous remonter un moral bien bas.

Pour autant il serait dommage de rester focalisé sur les titres de Lou Barlow, puisque Jason Loewenstein, officiant à la basse, a écrit l’autre moitié des morceaux de "Bakesale". D’une tonalité plus hardcore, ces titres frappent plus fort, comme Careful, porté par la voix tendue et la basse puissante de Loewenstein, et dont l’intensité prend littéralement à la gorge. Sur Not Too Amused, Drama Mine et S.Soup on entend se succéder passages tout en retenue, et passages énervés, guitares noisy et hurlements à l’appui. Et si les textes de Barlow révèlent une certaine sensibilité, ceux de Loewenstein font preuve d’un peu plus d’agressivité.
 
On aurait pu craindre que, treize ans après, "Bakesale" ait dépassé la date de péremption. Au contraire, il sonne encore avec une fraîcheur intacte malgré un nombre incalculable d’écoutes. Et on ne saurait trop le recommander à ceux qui souhaiteraient découvrir Sebadoh. A ranger entre "Crooked Rain, Crooked Rain" de Pavement et "Mellow Gold" de Beck …

Chroniqueur
  • Publication 563 vues1 juillet 2007
  • Tags SebadohDomino
  • Partagez cet article

Tracklist

  1. License to Confuse - Remastered
  2. Careful - Remastered
  3. Magnet's Coil - Remastered
  4. Not a Friend - Remastered
  5. Not Too Amused - Remastered
  6. Dreams - Remastered
  7. Skull - Remastered
  8. Got It - Remastered
  9. Shit Soup - Remastered
  10. Give Up - Remastered
  11. Rebound - Remastered
  12. Mystery Man - Remastered
  13. Temptation Tide - Remastered
  14. Drama Mine - Remastered
  15. Together or Alone - Remastered
  16. MOR Backlash - Remastered
  17. Not a Friend (Demo) - Remastered
  18. Foreground - Remastered
  19. 40203 - Remastered
  20. Mystery Man (Demo) - Remastered

La disco de Sebadoh