"> Sebadoh - III - Indiepoprock

III


Un album de sorti en chez .

On pourrait juste en rester aux faits : la sortie en 1991 de cet album avait jeté les base d’un style qu’on nommerait plus tard lo-fi. Mais pointer du doigt le côté bricolage de la musique de Sebadoh serait une erreur. Tout d’abord parce que « III » sonne merveilleusement bien ; Sans fioriture, il ne ressemble […]

On pourrait juste en rester aux faits : la sortie en 1991 de cet album avait jeté les base d’un style qu’on nommerait plus tard lo-fi. Mais pointer du doigt le côté bricolage de la musique de Sebadoh serait une erreur. Tout d’abord parce que « III » sonne merveilleusement bien ; Sans fioriture, il ne ressemble à aucun autre disque. A l’époque Lou Barlow, Eric Gaffney et Jason Loewenstein, dans une formation tournante relativement démocratique, enregistraient leurs compositions sur un quatre-piste à cassettes dans leurs chambres ou au fond d’un garage, les trois membres se relayant au songwriting, et changeant d’instruments sur l’ensemble de ces 23 chansons.

Barlow, fraîchement remercié de Dinosaur Jr., débute l’album par le riff bien strident de The Freed Pig dont le texte lui permet de verser toute sa bile sur Jay Mascis. La plupart de ses autres morceaux sont acoustiques, assez dépressifs et introspectifs, marqués par l’influence de Nick Drake ( Total Peace, Truly Great Thing ) joués seul pour quelques personnes au fond d’une chambre. Rockstar et Downmind sonnent, eux, comme des tentatives de hardcore joué sur guitare folk. Le son de Lou Barlow, brut et cru, aboutit à un petit chef d’?uvre, Spoiled, tout en acoustique, accompagné d’un mellotron capable de tirer des larmes aux plus cyniques des auditeurs.

Jason Loewenstein choisit pour sa part de sonner bluesy (Smoke a Bowl), voire country (Black Haired Girl). Une petite teinte de psychédélisme vient bouleverser la construction de ses morceaux, avec quelques boucles de guitare hypnotiques. Eric Gaffney, quant à lui, réalise les morceaux les plus carrés. Violet Execution ou Limb by Limb donnent l’impression de prendre une douche écossaise, entre envolée power-pop et agressivité hardcore. Et l’album de se terminer sur son apocalyptique As The World Dies, The Eyes Of God Grow Bigger, s’achevant sur un chaos de hurlements effrayants.

Au final, « III » n’a pas trop vieilli ; ce n’est pas le chef-d’?uvre de Sebadoh – il faudrait pour cela aller voir du côté de « BakeSale », mais il n’en demeure pas moins un grand album entre folk, power-pop, punk, et bien qu?assez brut, il annonce déjà les futures orientations de ses auteurs. Les plus vieux s?y replongeront avec nostalgie, les plus jeunes avec curiosité.

Un CD de suppléments accompagne cette réédition, sur lequel on retrouvera le fameux Gimmie Indie Rock, morceau iconoclaste et ironique sur le rock indépendant américain et quelques démos de Lou Barlow.

Chroniqueur
  • Publication 412 vues25 août 2006
  • Tags SebadohDomino
  • Partagez cet article

Tracklist

  1. The Freed Pig
  2. Sickles And Hammers
  3. Total Peace
  4. Violet Execution
  5. Scars, Four Eyes
  6. Truly Great Thing
  7. Kath
  8. Perverted World
  9. Wonderful, Wonderful
  10. Limb By Limb
  11. Smoke A Bowl
  12. Black Haired Gurl
  13. Hoppin' Up And Down
  14. Supernatural Force
  15. Rockstar
  16. Dowmind
  17. Renaissance Man
  18. God Told Me
  19. Holy Picture
  20. Hassle

La disco de Sebadoh