"> The Dodos - Visiter - Indiepoprock

Visiter


Un album de sorti en chez .

9

Dodo (n.m.) : grosse dinde pataude, incapable de voler et pas très maligne ; The Dodos auraient difficilement pu choisir totem moins judicieux tant leur musique est aérienne, gracieuse et subtile. Pour leur deuxième album (le premier à atteindre nos contrées), The Dodos, armés essentiellement d’une batterie et d’une guitare sèche, nous proposent un des voyages les […]

Dodo (n.m.) : grosse dinde pataude, incapable de voler et pas très maligne ; The Dodos auraient difficilement pu choisir totem moins judicieux tant leur musique est aérienne, gracieuse et subtile.

Pour leur deuxième album (le premier à atteindre nos contrées), The Dodos, armés essentiellement d’une batterie et d’une guitare sèche, nous proposent un des voyages les plus fascinants de l’année ; si la ballade d’ouverture, bien que charmante, semble naviguer en terrain connu, Red and Purple se charge par la suite de la dynamiter et de brouiller les pistes avec audace dans un déluge de percussions.

La rythmique, capable de finesse autant que de frénésie, s’affirme rapidement comme l’un des grands points forts du duo. Les morceaux les plus épiques de l’album profitent pleinement de cette impressionnante ossature, mais le chant, habité et sobre, et la guitare savent également leur donner de la densité et de l’épaisseur, nos deux oiseaux ne se privant pas d’orner le tout de divers arrangements, tout en subtilité.

En se permettant de changer perpétuellement d’ambiance le groupe impressionne et surprend constamment : comptine hédoniste, country psychédélique voire une valse sombrant progressivement dans la folie ; le groupe ose tout et le réussit. Le sommet émotionnel est atteint sur l’enchaînement du plus apaisé Ashley, sublimé, comme quelques autres morceaux, par une voix féminine, et de l’intense The Season, semblant réduire sans se forcer du Animal Collective à l’essentiel (la comparaison avec ce groupe revenant plusieurs fois à l’esprit le long de l’album). Le voyage se referme sur le prometteur God ? avec lequel le groupe semble vouloir défier Arcade Fire sur son propre terrain, celui d’un rock ambitieux et transformiste.

A la première écoute, l’album peut paraître un peu long : une heure aussi dense et riche en propositions, ça vous éprouve un auditeur. Mais très vite on en redemande, on fait mine de ne pas voir cette odieuse pochette et on reprend du début l’écoute de cet album, sérieux prétendant aux plus hautes marches des référendums de fin d’année. Il reste une chose à espérer : que les Dodos ne soient pas près de disparaître.

Chroniqueur
  • Publication 340 vues1 novembre 2008
  • Tags The DodosWichita
  • Partagez cet article

Tracklist

  1. Walking
  2. Red And Purple
  3. Eyelids
  4. Fools
  5. Joe's Waltz
  6. Winter
  7. It's That Time Again
  8. Paint The Rust
  9. Park Song
  10. Jodi
  11. Ashley
  12. The Season
  13. Undeclared
  14. God?

La disco de The Dodos

Individ7
70%

Individ

Carrier
0%

Carrier

No Color7
70%

No Color

Visiter9
90%

Visiter