carre

ATALAYE


Un album de sorti en chez .

9

Ce que Catherine Watine offre-là, c'est une synthèse peu entendue entre modernité totale (dream pop, électro, électricité) et culture musicale inouïe...

Cela commence par Les Appalaches…Rien de plus beau ne pouvait introduire ATALAYE. Chanson à la mélancolie quasi palpable. Les paroles renversantes glissent sur une musique complexe et organique. Tourbillonnante, douce, mais inquiète aussi. Comme un ciel bleu lentement envahi par des nuages. Instruments précieux qui établissent un équilibre parfait entre musique classique et ce que la pop musique produit de meilleur, de plus attachant.  Ce que Catherine Watine offre-là, c’est une synthèse peu entendue entre modernité totale (dream pop, électro, électricité) et culture musicale inouïe. On a déjà parlé du piano de Watine, invoquant Satie ou Ravel, mais il y a aussi des cordes somptueuses, de la clarinette, un glockenspiel…Tant d’autres merveilles et trouvailles qui confèrent au disque ce charme immédiat. Celui d’un très grand disque, instantanément.

Des accidents sonores, autant de très discrets grondements, grincements, vrombissements qui donnent à chaque chanson une dimension particulière, étrange. Parfois grandiose, parfois intimiste, mais toujours chargée d’une exceptionnelle émotion. Et ces mots…Ces mots à la beauté transperçante, de justesse et de finesse. On parle ici de poésie pure.

Et donc, de titre en titre, l’on voyage au gré des vagues émotionnelles, de la tristesse à la légèreté, de la mort à la vie. ATALAYE est bien ce promontoire, d’où l’on observait, à Biarritz, le retour des pêcheurs, le passage des baleines, d’où l’on voyait arriver l’ennemi. Autant dire que de ce  lieu on pouvait ressentir toutes les peines, toutes les joies et les attentes d’une vie.

Catherine Watine, et ses mots en français nous font ressentir “la respiration menaçante” de l’existence. Ses beautés aussi. Elle signe avec ATALAYE une œuvre bouleversante. Un des disques en français les plus importants de ces dernières années. Sa Déchirure essentielle.

Et en écoute des versions enregistrées en période de répétition dans le home studio de Catherine Watine :

En écoute sur Bandcamp, l’album en intégralité :

http://watine.bandcamp.com/album/atalaye-lp

 

Yan
Chroniqueur

La disco de