"> Arab Strap - Monday At The Hug And Pint - Indiepoprock

Monday At The Hug And Pint


Un album de sorti en chez .

Même en Ecosse il y a des miracles ! J?en veux pour preuve la dernière galette d?Arab strap. Voilà que nos deux compères accessoirement piliers de bar et névrosés de première nous sortent l?Album qu?on n?attendait pas d?eux. Aussi incroyable que cela puisse paraître, Aidan Moffat (le chanteur mal rasé au contour du visage bien […]

Même en Ecosse il y a des miracles ! J?en veux pour preuve la dernière galette d?Arab strap. Voilà que nos deux compères accessoirement piliers de bar et névrosés de première nous sortent l?Album qu?on n?attendait pas d?eux. Aussi incroyable que cela puisse paraître, Aidan Moffat (le chanteur mal rasé au contour du visage bien rond) ne raconte plus ses histoires sordido-sentimentales de sa voix éraillée, souvent proche de la rupture mais se met enfin à chanter. Je ne parle pas ici de ces longs susurrements caverneux et plaintifs coutumiers en long en large en travers de son art (le pire c?est qu?on aime ca !). Non, Moffat s?improvise chanteur, avec d’étonnantes variations de voix. Y a pas de doute les fans de la première heure vont l?étriper!
Et comme une bonne nouvelle n?arrive jamais seule, voilà que Malcolm Middleton (le rouquin musicos) déjà parfait dans son rôle de compositeur économe et gracieux, décide d?aérer sa musique à grand renfort de violon et de cornemuse. Bref, on est loin de l?ambiance glauquisante et claustrophobique de leur chef-d??uvre au rayon surgelé « Philophobia ». Ca sent plutôt la chaleur moite et l?esprit de fête, une ambiance de cabaret qu?affectionnent tout particulièrement nos deux gaillards. D?ailleurs le titre de l’album s?inspire ouvertement du nom d?un de ces lieux de perdition « Monday At The Hug And Pint » où la bière, le whisky et les femmes font bon ménage.
Eh bien on y est arrivé ! Les Arab Strap viennent de sortir un album abordable pour le commun des mortels avec en guise de bonus quelques pépites qui sentent tout sauf le sapin. A commencer par « The Shy Retirer » qui ouvre les festivités. Une petite bombe bien dansante où Moffat prend un malin plaisir à pousser la chansonnette sur des violons tournoyants et une boîte à rythme mid-tempo efficace. Que dire de « Fucking Little Bastards » sinon qu?il est sans doute le morceau le plus bruyant de leur discographie avec une rythmique de mammouth et des guitares méchamment saturées. «Monday At The Hug And Pint » est un album plein, qui vit toujours de la formule magique du duo, une pop à la musicalité simple et élégiaque. Le changement réside dans l?apport de nouvelles teintes musicales et vocales plus gaies, plus ouvertes que par le passé.
Que l?on se le dise, les Arab Strap n?ont plus l?alcool triste !

Chroniqueur

Tracklist

  1. The Shy Retirer
  2. Meanwhile, At the Bar, A Drunkard Muses
  3. Fucking Little Bastards
  4. Peep-Peep
  5. Flirt
  6. Who Named the Days?
  7. (Loch Leven Intro)
  8. Loch Leven
  9. Glue
  10. Act of War
  11. Serenade
  12. The Week Never Starts Round Here
  13. Pica Luna