"> Arno - Covers Cocktail - Indiepoprock

Covers Cocktail


Un album de sorti en chez .

Avec sa voix rocailleuse et son accent immédiatement identifiable, Arno est un véritable personnage, truculent, "bigger than life". Qu’au cours de sa pléthorique carrière l’intérêt de ses disques n’ait pas toujours été à la hauteur importe peu : c’est sur scène que le talent atypique de ce clochard céleste agit le mieux. A peine un […]

Avec sa voix rocailleuse et son accent immédiatement identifiable, Arno est un véritable personnage, truculent, "bigger than life". Qu’au cours de sa pléthorique carrière l’intérêt de ses disques n’ait pas toujours été à la hauteur importe peu : c’est sur scène que le talent atypique de ce clochard céleste agit le mieux. A peine un an après la sortie de "Jus de Box", que dire de ce "Covers Cocktail" ? Tout d’abord que l’entreprise est bien paresseuse, puisqu’elle consiste à regrouper une vingtaine de reprises enregistrées par le Belge au cours des années.

Dans l’exercice de la reprise, Arno s’est frotté à des titres diversement légendaires, titubant de classiques absolus (Drive My Car, Mother’s Little Helper) en à-côtés moins imposants (Ubu, I Want To Break Free). Avec des résultats contrastés : en se réappropriant à sa manière déglinguée et fruste ces divers morceaux, Arno a parfois frôlé le sublime (Trouble In Mind), souvent côtoyé l’anecdotique, occasionnellement sombré dans le ridicule. "Covers Cocktail" ne fait pas l’impasse sur ces derniers moments, avec notamment la reprise d’Elisa, un des rares navets gainsbourgiens, entonné, en compagnie de Jane Birkin, avec une vigueur qui ne le rend pas plus digeste. Le medley "La Fille Du Père Noël / Jean Genie", faisant se télescoper Bowie et Dutronc, est ingénieux mais ne va pas au-delà d’une bonne idée, d’autres tentatives comme All The Young Dudes ou le traitement grunge de Drive My Car des Beatles tombent vraiment à plat. Au contraire, Knowing Me, Knowing You, Sarah ou Je Suis Sous font merveille, la réinterprétation délivrée par Arno apportant réellement un éclairage nouveau sur les chansons.

Soyons honnêtes : copieux mais trop souvent creux, "Covers Cocktail" est un foutage de gueule à peine dissimulé, un genre d’objet mi-scandaleux, mi-attachant, bien à l’image de son auteur. Un peu à l’image aussi de ces cancres, qu’enfant on détestait pour leur inexplicable aptitude à enchaîner les pitreries sans rien éveiller d’autre auprès des professeurs qu’un froncement de sourcils presque bienveillant, Arno se paie sciemment notre tête, et sait qu’on lui pardonnera volontiers, du moment qu’il nous comble, un jour ou l’autre, avec Les Yeux De Ma Mère

Chroniqueur
  • Publication 528 vues15 septembre 2008
  • Tags ArnoEMI
  • Partagez cet article

La disco de Arno

Human Incognito9
90%

Human Incognito

Brussld
0%

Brussld

Jus De Box
0%

Jus De Box

French Bazaar
0%
Charles Ernest
0%
Idiots Savants
0%
Ratata
0%

Ratata

Charlatan
0%

Charlatan

Arno
0%

Arno