"> Arno - Human Incognito - Indiepoprock

Human Incognito


Un album de sorti en chez .

9

Le Godfather de l'indé belge toujours au firmament

Peu d’artistes rock peuvent prétendre avoir gardé leur attitude ou leur poésie intacte au fil des ans. Indéniablement, Arno a bourlingué son bégaiement et son corps marqué sur nombre de scènes, dans nombre d’univers musicaux, mais il fait partie de ces rares personnes qui ne se perdront jamais. Le monsieur pourrait aller vers l’electro, le rap, le raï, que sais-je, sa patte sauterait aux oreilles en une fraction de seconde, et cela force le respect.

« Human Incognito », bien évidemment ne déroge pas à la règle, une poésie mariant Renaud (Je Veux Vivre) et l’absurde haut perché (Une Chanson Absurde). Alternant textes français et anglais, le Belge délivre à nouveau le rock sale qu’on lui connait, celui d’un vieux punk usé, mais toujours espiègle. Le chanteur continue de naviguer entre garage minimaliste où la guitare bloque sur le même accord (I’m Just An Old Motherfucker), rock aux accents électroniques plus virils (Please Exist), et ballades désenchantées sur fond musical faussement vieillot. Les paroles sont toujours empruntes d’un certain goût pour la décadence teintée d’humour (Now She Likes Boys), d’un amour inconditionnel pour l’iconographie rock’n’roll et d’une vision de l’amour crue et poétique à la fois. A ce titre, même si l’accompagnement plus rock des titres écrits dans la langue de Shakespeare nous engage plus, on demeure bien plus touché par la plume francophone du garçon (« Je veux vivre dans un monde sans chichi, où les cons font pas de bruit« ).

Mais avant toute chose, impossible d’aborder le travail d’Arno sans évoquer son organe vocal, puissamment éraillé qui par ses digressions d’humilité transpire de complexes. En ce dernier paramètre réside toute la beauté de l’oeuvre musicale du garçon, ce grain désenchanté qui rend par exemple l’interprétation de Dance Like A Goose si poignante, là où beaucoup se seraient perdus dans une théâtralité malvenue.

Sur cet opus, comme ce fut le cas avec le précédent, John Parish (PJ Harvey) est à la manette pour donner de la consistance à la naïveté poétique de « Human Incognito », le résultat en devient lyrique, beau comme le regard d’une personne âgée traduit par des paroles d’enfants. Cela a la magie de l’instantané, du craché avec classe. Arno l’homme qui « trinque à la santé des cocus du monde entier » avec une tendresse imparable, celle d’une personne pour qui la maturité ne s’est jamais accompagnée de vulgarité ou de cynisme.

S’il ne devait en rester qu’un titre : Je Veux Vivre (pour Molière) & Dance Like A Goose (pour Shakespeare).

Webmaster

Tracklist

  1. I'm Just an Old Motherfucker
  2. Please Exist
  3. Je veux vivre
  4. Now She Likes Boys
  5. Oublie qui je suis
  6. Never Trouble Trouble
  7. Dance Like a Goose
  8. Ask Me for a Dance
  9. Une chanson absurde
  10. Santé

La disco de Arno

Human Incognito9
90%

Human Incognito

Brussld
0%

Brussld

Jus De Box
0%

Jus De Box

French Bazaar
0%
Charles Ernest
0%
Idiots Savants
0%
Ratata
0%

Ratata

Charlatan
0%

Charlatan

Arno
0%

Arno