"> FKA twigs - Magdalene - Indiepoprock

Magdalene


Un album de sorti en chez .

10

Second album de FKA Twigs, un retour à la vie.

A ses débuts en 2012, Tahliah Barnett, alias FKA Twigs, était l’exception qui confirme la règle. Plus précisément, la seule artiste musicalement affiliée au R’n’B qu’on trouvait écoutable, grâce à une aptitude à prendre ce style comme une base pour l’emmener beaucoup plus loin que ne le feront jamais toutes les divas insupportables du genre. Songwriting audacieux, exigence formelle via un recours à une production electro complexe, confiée notamment à Arca, sorcier des sons derrière une bonne poignée des meilleurs disques électro de ces dernières années. En 2014, avec son premier album, parfaitement maîtrisé, FKA Twigs avait encore agrandi son aura en confirmant en outre sa stature d’artiste totale donnant une grande importance à l’image via des vidéos toutes superbes et, sur scène, via sa maîtrise de la danse. A cette époque, elle avait aussi confirmé être une sacrée personnalité, sachant que sa relation amoureuse avec Robert Pattinson aurait pu en faire une « copine de… » et reléguer sa carrière musicale au second plan. Mais avec elle, pas de ça, les amateurs de ragots et de feuilles de chou à potins en avaient pour leur frais mais c’est bien via son art que FKA twigs a continué à exister, avec un brio et une intransigeance dont son EP, au titre impossible, paru en 2015, était le meilleur étendard.

La suite, c’est une histoire, si on y pense bien, presque banale. Tahliah Barnett, entre 2015 et 2018, a connu des ennuis de santé qui l’ont touchée dans son intimité et qui l’ont forcée à recourir à la chirurgie, ainsi qu’une rupture amoureuse difficile. De ses propres mots, elle alors eu la sensation, à travers le chagrin et la souffrance physique, que son corps l’abandonnait, sensation encore plus terrible pour une jeune femme d’à peine trente ans qu’on a surnommée Twigs précisément parce que sa souplesse lui permettait de plier son corps à volonté. « Magdalene », son second album, est donc, comme bien d’autres disques avant lui, le résultat et le récit d’une reconstruction. Et comme, on l’a déjà dit, FKA Twigs est une artiste intransigeante, pas question pour elle de travestir les difficultés qu’elle a traversées, et la pochette de l’album l’illustre à merveille. Peu d’artistes auraient osé présenter une représentation d’eux aussi peu flatteuse, et ça mérite déjà un coup de chapeau. Le titre de l’album est lui une référence à Marie Madeleine, personnage controversé de la Bible, femme de Jesus pour certains, ce qui viendrait à faire de la femme l’égal de l’homme, rendez-vous compte !, simple prostituée repentie pour d’autres, statut plus à même de convenir à tous les tenants d’une société patriarcale conservatrice. Un personnage dont FKA Twigs s’est sentie proche ces dernières années, ce qu’on lui a fait subir, pour être une jeune femme désinhibée sans pour autant mettre en scène sa vie privée avec une star du grand écran découlant de la même logique.

Musicalement, « Magdalene », en plus d’être un disque introspectif, est une nouvelle étape pour FKA Twigs. Si on met de côté Holy Terrain, qu’elle interprète en duo avec Future et remplit peu ou prou le rôle de morceau potentiellement tubesque (sans pour autant être inintéressant) les huit autres morceaux s’appuient sur un tempo lent, avec un magnifique travail de production signé cette fois Nicolas Jaar, dont l’électro vaporeuse correspond à merveille à l’ambiance de l’album, et met en valeur la voix de Thaliah Barnett. Car si, jusque-là, c’était une chanteuse accomplie, c’était davantage son audace formelle qu’on mettait en avant que ses qualités vocales. Dès l’introductif Thousand Eyes, conçu comme un chant lithurgique avec force choeurs, ses interventions vocales donnent le ton. Et, tout au long de l’album, ses modulations, de la fragilité aux incantations sur Mary Magdelene, des sussurements délicieux de Sad Day à la détresse tragique de Fallen Alien, sans oublier le superbe numéro de diva soul sur Mirrored Heart, constituent le fil rouge de l’album. Un album qui, à mesure qu’il se déroule, s’éloigne de plus en plus du R’n’B pour se rapprocher de la pop aventureuse de Kate Bush, référence qui, disons-le honnêtement, nous convient cent fois mieux. Toujours aussi vénéneuse et encore plus bouleversante qu’auparavant, la composante émotionnelle étant beaucoup plus forte, la musique de FKA Twigs atteint une dimensions époustouflante. Après l’immense « Ghosteen » de Nick Cave, « Magdalene » vient prouver qu’en musique comme dans toutes autres formes d’art, les oeuvres d’artistes qui ont connu la souffrance mais savent s’en relever sont toujours les plus poignantes.

Rédacteur en chef
  • Pas de concert en France ou Belgique pour le moment

Tracklist

  1. thousand eyes
  2. home with you
  3. sad day
  4. holy terrain
  5. mary magdalene
  6. fallen alien
  7. mirrored heart
  8. daybed
  9. cellophane

La disco de FKA twigs

Magdalene10
100%
70%

M3LL155X

90%

LP1