"> Low - Hey What - Indiepoprock

Hey What


Un album de sorti en chez .

9

Un nouvel accomplissement dans un parcours riche.

Les grands groupes ne meurent jamais, dit-on pompeusement. A vrai dire, on ne sait si la dénomination de grand groupe s’applique à Low et, s’ils sont dans le paysage depuis près de trente ans et que « Hey What » est leur treizième album, c’est surtout l’occasion de souligner que le groupe ne fait pas partie de ceux qui ont connu l’apogée avant de plonger dans le quelconque pour finalement revenir au premier plan. Low, c’est surtout une valeur sûre au sens premier. S’ils ont un public qui les suit depuis leurs débuts, leur principal accomplissement a certainement été de ne jamais tomber très loin du radar de ceux qui, sans être accros à leurs sorties ni réellement éprouver le besoin de décortiquer chacun de leurs albums, n’en ont pas moins toujours été convaincus qu’il fallait les garder à l’oeil, ou en l’occurrence à l’oreille, parce qu’ils faisaient partie des formations susceptibles de pondre un très grand disque sans crier gare. « Hey What » tombe dans cette catégorie. Ce n’est pas une première pour Low, ce n’en est pas moins un jalon dans leur carrière.

La première force, et particularité de « Hey What », c’est d’abord de s’émanciper de la forme « album » telle qu’on l’entend. Bien sûr, « Hey What » dure un peu moins de 50 minutes et possède une tracklist de dix titres en bonne et due forme. Mais, à l’écoute, « Hey What » se présente davantage comme une bande sonore expérimentale où les frontières entre le début et la fin des morceaux est floue, et où les structures obéissent à des logiques qui leur sont propres. Dit comme cela, ça peut faire un peu peur. De fait, « Hey What » ne sera certainement pas un succès public pour Low, et ce n’est pas sa finalité. Pour autant, le duo formé par Mimi Parker et Alan Sparhawk n’abandonne aucun des ingrédients qui ont fait leurs meilleures réussites au fil des années. Ainsi, si, sur un plan formel, « Hey What » possède un caractère expérimental, fait de textures sonores complexes, l’album est ponctué de moments, portés par les deux voix du duo, où leur art est au summum. Moments de radicalité brute et explosive sur More quand éclatent des scories de guitares grésillantes pour soutenir des déclamations quasi-épiques de toute beauté, ou sur le plus élégiaque Days Like These. D’autres fois, Low renoue avec une fibre pop planante sur All Night et Disappearing. Et puis, au-delà de toute classification, le groupe s’offre des instants de grâce suspendue, en premier lieu sur le magnifique Hey et sa mélodie diaphane et pourtant soulignée d’un climat sonore instable, vaguement menaçant. Un morceau qui se double d’un grand numéro au chant d’Alan Sparhawk, qui va chercher très loin dans son répertoire vocal des notes dont on l’ignorait capable.

« Hey What » est une réussite totale parce que c’est un album d’une immense ambition qui ne joue jamais la surenchère. C’est un album qui a sa propre personnalité sans qu’on ne doute un instant qu’il s’agisse d’un album de Low. Bref, le disque d’un duo qui parvient à dépasser les horizons qu’il avait jusque-là pu atteindre tout en puisant dans des ressources qui lui sont propres. La sensation de toucher du doigt à l’aboutissement d’une vie musicale.

Rédacteur en chef
  • Publication 463 vues13 septembre 2021
  • Tags LowSub Pop
  • Partagez cet article

Low

Tracklist

  1. White Horses
  2. I Can Wait
  3. All Night
  4. Disappearing
  5. Hey
  6. Days Like These
  7. There's a Comma After Still
  8. Don't Walk Away
  9. More
  10. The Price You Pay (It Must Be Wearing Off)

La disco de Low

Hey What9
90%

Hey What

Double Negative9
90%

Double Negative

Ones and Sixes7
70%

Ones and Sixes

The Invisible Way9
90%

The Invisible Way

90%

C’mon

Drums and Guns
0%
The Great destroyer
0%
Trust
0%

Trust

Secret name
0%

Secret name

Long division
0%
Long Division9
90%

Long Division