"> Okkervil River - The Stage Names - Indiepoprock

The Stage Names


Un album de sorti en chez .

Souvent, au cours d’une année musicale, on répertorie des albums défricheurs, ceux qui abolissent les frontières entre les genres ou partent dans des directions inédites, d’autres qui signent le renouveau d’un style. Et enfin il y a ceux qui viennent s’inscrire dans une longue tradition, de facture classique, et qui pourtant sortent du lot. "The Stage […]

Souvent, au cours d’une année musicale, on répertorie des albums défricheurs, ceux qui abolissent les frontières entre les genres ou partent dans des directions inédites, d’autres qui signent le renouveau d’un style. Et enfin il y a ceux qui viennent s’inscrire dans une longue tradition, de facture classique, et qui pourtant sortent du lot. "The Stage Names" relève clairement de cette dernière catégorie.

Sur cet album, rien de révolutionnaire dans l’emballage : un son clair qui laisse de la latitude à la voix et donne une impression d’espace aux chansons, une base essentiellement acoustique réhaussée d’électricité, de cuivres ou de cordes par moments. Rien d’inédit non plus sur le fond : ces chansons de folk rock américain ressemblent à celles qui ont déjà fait la réputation du groupe par le passé, et contribué à fédérer des admirateurs pas forcément nombreux, mais fidèles. Pourtant cet album est  extrêmement attachant, car Will Sheff et ses hommes ont réussi une brochette de morceaux qui font mouche à chaque fois : dès l’inaugural Our Life Is Not A Movie Or Maybe, on se laisse transporter par la mélodie aérienne, la structure épique, tout comme sur Unless It’s Kicks, qui semble avoir été écrit pour être repris en choeur.

En équilibre parfait entre cet élan épique et des tentations plus poétiques, "The Stage Names" offre aussi des moments plus apaisés, où l’on se laisse bercer par la voix de Will Sheff et les suaves mélodies de Savannah Smiles  ou A Girl In Port, d’autant plus facilement que le groupe affiche une véritable fibre littéraire : on a le sentiment qu’on nous raconte une histoire sur chaque morceau. En parfaite synthèse de tout ce qu’on a entendu jusque là, John Allyn Smith Sails referme l’album avec une structure qui bifurque en milieu de morceau pour se terminer en final héroïque, qui s’approprie avec classe les Beach Boys. Voilà donc un beau disque qui marque le sommet de la carrière du groupe et ne laissera de marbre que les plus blasés.

Rédacteur en chef

Tracklist

  1. Our Life is Not a Movie or Maybe
  2. Unless It's Kicks
  3. A Hand to Take Hold of the Scene
  4. Savannah Smiles
  5. Plus Ones
  6. A Girl In Port
  7. You Can't Hold the Hand of a Rock and Roll Man
  8. Title Track
  9. John Allyn Smith Sails