"> The Decemberists - The Crane Wife - Indiepoprock

The Crane Wife


Un album de sorti en chez .

Pour notre plus grand plaisir, The Decemberists sont déjà de retour pour un quatrième album alors que « Picaresque », leur enregistrement précédent, continue toujours de tourner sur nos platines. Amateurs d’histoire et de littérature, ils ont nommé leur nouvel opus « The Crane Wife » en référence à un vieux conte japonais. Petite nouveauté qui pourrait faire grimacer […]

Pour notre plus grand plaisir, The Decemberists sont déjà de retour pour un quatrième album alors que « Picaresque », leur enregistrement précédent, continue toujours de tourner sur nos platines. Amateurs d’histoire et de littérature, ils ont nommé leur nouvel opus « The Crane Wife » en référence à un vieux conte japonais. Petite nouveauté qui pourrait faire grimacer : le quintet a entre-temps signé sur la major Capitol mais rassurez vous, la magie est toujours au rendez-vous. The Decemberists n’ont pas abandonné le son de leur premier label. Un peu de rock, un peu de pop, et beaucoup de folk, le tout soutenu par des instruments toujours aussi divers et variés : un programme efficace pour un mélange délicieux.

L’album s’ouvre bizarrement sur le titre Crane Wife 3 (on ne reverra les deux premiers que vers la fin de l’album), une douce introduction à l’ambiance qui va régner par la suite. Parmi les dix titres, on retrouve deux longues balades dépassant les 11 minutes, dont la deuxième chanson de l’album, une épopée géniale se terminant sur quatre minutes de folie furieuse. Les chansons faites de charmantes mélodies pop trouvent elles aussi leur place comme par exemple le très entraînant O Valencia ou encore Sons And Daughters et ses accordéons. On retiendra également le très joli duo avec Laura Veirs sur Yankee Bayonet.

Une fois n’est pas coutume, les paroles n’ont pas été négligées, loin de là, et jouent un role prépondérant dans les chansons. Les thèmes, tels que la mer, les faits historiques ou plus classiquement l’amour, sont abordés très habilement et collent géralement d’une façon astucieuse à la musique. On reconnaît la touche de Colin Meloy, le chanteur et compositeur de la bande, qui a encore une fois fait un gros travail de songwriter.

Plus qu’un simple groupe d’indie américain, The Decemberists forment un joyeux orchestre folk théatral et confirment qu’ils font partie des groupes les plus intéressants et originaux actuellement. Ce nouvel album est une fois de plus un concentré de musique subtile et dépouillée qui dégage un agréable mélange de chaleur et de mélancolie. Les chansons semblent moins mélodieuses et entraînantes que sur « Picaresque » mais le le travail a été plus approfondi. « The Crane Wife » est dans son ensemble un album de grande qualité : fallait-il s’en étonner venant d’un groupe si talentueux ? Sur scène, leur musique prend toute son ampleur et ceux qui ont eu l’opportunité d’assister à l’un de leurs concerts pourront vous confirmer qu’ils ont passé un moment mémorable. On risque en tout cas de passer un très bon hiver avec The Decemberists…

Chroniqueur

Tracklist

  1. The Crane Wife 3
  2. The Island: Come And See/The Landlord's Daughter/You'll Not Feel The Drowning
  3. Yankee Bayonet (I Will Be Home Then)
  4. O Valencia!
  5. The Perfect Crime #2
  6. When The War Came
  7. Shankill Butchers
  8. Summersong
  9. The Crane Wife 1 & 2
  10. Sons & Daughters
  11. Culling Of The Fold